Fuites, manipulations, drogue, surveillance : depuis l’arrivée de Trump, l’Etat profond révèle son vrai visage

Etat profond Deep state Bilderberg Snowden Lofgren Binney

L’Etat profond, ce « Deep state » qui désigne la haute fonction publique américaine liée au renseignement, massivement acquise à la mentalité multiculturaliste, globaliste et maçonnique, a révélé son vrai visage depuis l’élection de Donald Trump. Cet Etat profond et ses diverses composantes du renseignement ont révélé leur rôle dans l’espionnage de la campagne et de la période transitoire du candidat républicain, la soigneuse orchestration du limogeage de son conseiller pour la Sécurité Mike Flynn et d’autres péripéties. Le conseiller national à la Sécurité H.R. Mc Master, membre du groupe globaliste du Bilderberg, a protégé les fonctionnaires du Conseil national à la Sécurité issus de l’administration Obama et exclu ceux qui étaient loyaux à Trump. Plus de la moitié des Américains, selon les sondages, admettent l’existence de cet Etat profond qui menace la démocratieContinuer la lecture de « Fuites, manipulations, drogue, surveillance : depuis l’arrivée de Trump, l’Etat profond révèle son vrai visage »

La gifle de François au cardinal Sarah. Les dessous de l’affaire

La lettre dans laquelle François a dernièrement contredit et humilié le cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le culte divin, est à nouveau emblématique de la façon dont ce pape exerce son magistère.

Lorsque François veut introduire des nouveautés, il ne le fait jamais par des mots clairs et univoques. Il préfère faire naître des discussions, mettre en œuvre des « processus » au sein desquels les nouveautés vont peu à peu s’affirmer.

L’exemple le plus parlant, c’est Amoris laetitia qui a donné à des interprétations et des mises en œuvre disparates sur le terrain alors que des conférences épiscopales optaient pour l’un ou l’autre camp. Continuer la lecture de « La gifle de François au cardinal Sarah. Les dessous de l’affaire »

Luther et son Cacangile

C’EST en pleine euphorie humaniste que ce monstre fit entendre sa grande voix. Né en 1483 dans une famille pauvre et sévère, il la quitte jeune pour étudier. À l’université d’Erfurt, de 1501 à 1505, il suit des cours de philosophie tout imprégnés de nominalisme et fréquente, mais de loin, les humanistes. C’est alors que sur un coup d’angoisse, à la suite d’un vœu prononcé en 1502 quand la foudre tomba près de lui au cours d’un voyage, il entra chez les augustins, reçut les ordres sans joie, dit-il, à vingt-quatre ans, et fut chargé d’enseigner la théologie à l’université.

Bientôt il se plonge dans la Bible et y trouve si abondante matière à nourrir et exalter sa sensibilité religieuse qu’il en vient à abandonner la scolastique et à lui déclarer la guerre. Là, il n’a plus de maître et il glisse vers le fidéisme, l’individualisme du sentiment, de l’expérience religieuse où il s’échauffe jusqu’à prendre en tout le contre-pied systématique des maîtres qu’il fréquente par ailleurs. Continuer la lecture de « Luther et son Cacangile »

Fin de partie pour le cardinal Müller: il se range derrière Amoris Laetitia !

Voilà ! L’étonnante résistance du moderniste cardinal Müller par rapport à Amoris Laetitia, c’est finie ! Le prélat allemand profite de sa longue préface au livre d’un philosophe et politicien italien, Rocco Buttiglione, Risposte amichevoli ai critici di Amoris laetitia (Ripostes amicales aux critiques d’Amoris Laetitia), pour se ranger sagement au côté des apologistes de morale familiale bergoglienne. Assez normal d’ailleurs, pour un ecclésiastique dont certains ont oublié, un peu vite, les idées très progressistes, voire hérétiques sur certains points de doctrine…

Poussé par son désir dit-il « de contribuer à rétablir la paix dans l’Église », le cardinal prend ses distances avec les signataires de la Correctio filialis qui attribue à l’exhortation sur la famille 7 hérésies et répond aux cinq dubia des quatre cardinaux publiés il y a déjà un an et qui n’ont jamais reçu de réponse de la part de François. Continuer la lecture de « Fin de partie pour le cardinal Müller: il se range derrière Amoris Laetitia ! »

Les processions eucharistiques de la Fête-Dieu menacées en Écosse ?

La police écossaise entend désormais facturer ses services de régulation de la circulation.

Dans le Scottish Catholic Observer, Michael Rosie, professeur l’école de Sciences politiques et sociales de l’Université d’Edimbourg s’alarme de l’application de nouvelles dispositions introduites par la police écossaise. Il affirme qu’elles pourraient compliquer sérieusement à l’avenir la tenue de marches, défilés et autres processions religieuses en Ecosse. En effet, il est désormais nécessaire pour les organisateurs de marches sur l’espace publique d’obtenir au préalable une autorisation des pouvoirs publics et surtout de s’acquitter des frais engagés par la police pour les encadrer.

Sans ce document administratif, baptisé OTRT et dont la délivrance peut prendre trois mois, des processions eucharistiques comme celles de la traditionnelle Fête-Dieu, pourraient être purement et simplement annulées. D’après l’universitaire, auteur l’an dernier d’un rapport sur les Fête-Dieu en Ecosse : « Une petite paroisse qui voudrait défiler aura bien plus de mal qu’une grande et pourrait en abandonner l’idée ». En effet, la police facturera désormais 1000 livres (1138 euros) la présence de policiers pour barrer les routes et protéger les processions eucharistiques. Une somme conséquente pour de petites communautés.

Un porte-parole de l’Église catholique écossaise a déclaré qu’il serait souhaitable « que les paroisses ou les diocèses qui souhaitent défiler en public pour des occasions comme la Fête-Dieu ne soient pas restreints ». De son côté un responsable de la police écossaise a reconnu que les coûts des manifestation organisées longtemps à l’avance seraient désormais répercutés auprès des organisateurs. Une réunion est prévue en fin de semaine pour envisager un assouplissement de cette mesure dans laquelle Michael Rosie voit une atteinte à « la liberté d’expression et la libre association ».

Aleteia

Non-sens œcuménique

« Ce qui nous unit est plus grand que ce qui nous divise »


par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 31 octobre 2017

La crise actuelle sans précédent dans l’Église est en grande partie le résultat ( à part la « réforme liturgique » absolument désastreuse ) de la prolifération de pseudo-doctrines, de slogans et de mots à la mode dans la pensée post-conciliaire. Parmi ceux-ci figurent « l’œcuménisme » ( un néologisme essentiellement dépourvu de sens ) et son mantra absurde concernant les Protestants « partenaires du dialogue œcuménique » : à savoir que « ce qui nous unit est plus grand que ce qui nous divise ». Continuer la lecture de « Non-sens œcuménique »

Fallait-il brûler Luther ?

Fallait-il brûler Luther ?
Luther placardant ses célèbres 95 thèses en rupture avec le catholicisme

Le monde protestant célèbre en ce mois d’octobre 2017 le 500 anniversaire de la révolte de Luther qui brisa l’unité de la chrétienté. L’Homme Nouveau vient d’éditer Martin Luther, le chant du coq de la modernité (236 pages, 12 €) du professeur Danilo Castellano qui, en peu de pages, démontre combien l’esprit protestant a façonné nos mentalités, la morale et plus précisément notre conception de la politique. Martin Luther, le chant du coq de la modernitéest un livre novateur tout en reposant sur les fondements de la philosophie classique et du catholicisme. De son côté, Anne Bernet présente ici deux ouvrages également consacrés à Luther et au protestantisme, mais partant d’un autre angle. Continuer la lecture de « Fallait-il brûler Luther ? »

La commémoraison des fidèles défunts et le culte de la « sainte mort » : la « Santa Muerte » rend un culte à Satan

culte sainte mort Santa Muerte Satan commémoraison fidèles défunts

Après la fête de tous les saints, cette belle célébration de la « foule innombrable » qui jouit déjà au ciel de la vision béatifique, ce 2 novembre est marqué dans l’Eglise catholique par la commémoraison de tous les fidèles défunts, tous ces baptisés morts dans l’espérance du salut pour lesquels nous prions dans les églises, les cimetières et dans le secret de nos cœurs. « Mort, où est ta victoire ? » : l’interpellation de saint Paul rappelle que la mort est un échec et une aberration, vaincue par le Christ ressuscité. Le culte de la « Sainte Mort » – la « Santa Muerte » – qui prend de plus en plus d’ampleur en Amérique latine et surtout au Mexique et en Argentine vient rappeler combien cette punition du péché de l’homme le fascine encore dans une sorte de délectation morose bien plus dangereuse qu’il n’y paraît. Culte à Satan ? Un exorciste mexicain en est persuadé.

Cette affaire est d’autant plus importante que le culte moderne de la mort s’inscrit dans une double dynamique. Continuer la lecture de « La commémoraison des fidèles défunts et le culte de la « sainte mort » : la « Santa Muerte » rend un culte à Satan »

Le Multiculturalisme Fait Imploser l’Occident

  • Le multiculturalisme conduit à la « partition », à la séparation des sociétés européennes. – Alexandre Mendel, auteur du livre Partition : chronique de la sécession islamiste en France.

  • Dans la variante européenne du multiculturalisme, les femmes musulmanes ont perdul’accès aux droits auxquels elles auraient pu prétendre. Le multiculturalisme a légalisé une société parallèle, une société de la charia, fondée sur le rejet des valeurs occidentales, et surtout sur le rejet de l’égalité et de la liberté.
  • L’establishment européen a fermé les yeux pendant que les suprémacistes musulmans violaient les droits de leur propre population. Continuer la lecture de « Le Multiculturalisme Fait Imploser l’Occident »

Un théologien écrit au pape : « C’est le chaos dans l’Église et vous en êtes une des causes »

La Porte Latine rapporte ce fait suivant qui montre l’étendue de la confusion dans l’Eglise :

Thomas G. Weinandy est l’un des théologiens les plus célèbres, il vit à Washington au Collèges des Capucins, l’ordre franciscain auquel il appartient. Il est membre de la Commission Théologique Internationale – cette même commission que Paul VI avait accolée à la Congrégation pour la doctrine de la foi pour qu’elle bénéficie de l’élite des théologiens du monde entier – depuis que le Pape François l’y a nommé en 2014.

En mai dernier, alors qu’il se trouvait à Rome pour une session de la commission, l’idée commença à germer en lui d’écrire à François une lettre ouverte pour lui faire part non seulement de sa propre inquiétude mais également de celle de nombreuses personnes face au chaos croissant au sein de l’Eglise, chaos qu’il attribue en bonne partie au Pape lui-même. Continuer la lecture de « Un théologien écrit au pape : « C’est le chaos dans l’Église et vous en êtes une des causes » »