LA FOI CHRÉTIENNE NE RECHERCHE PAS LES APPLAUDISSEMENTS

Christian Geyer et Hannes Hintermeier
Frankfurter Allgemeine Zeitung

* * *

L’amour peut-il être un péché ? Et si oui, qui peut le croire ? La polémique sur “Amoris Laetitia” enfle dans le monde entier – entre autres aussi à cause du silence obstiné du pape François.

Dans les “dubia” – les doutes – que vous-même et d’autres cardinaux avez adressés au pape, vous vous référez à l’encyclique “Veritatis Splendor” de Jean-Paul II et à la doctrine des “absolus moraux” qu’elle expose. Selon cette doctrine, il y a des choses qui ne sont jamais acceptables, quelles que soient les difficultés des circonstances ou les bonnes intentions que l’on peut invoquer. Au nombre de celles-ci, on comptait la mise à mort d’innocents, la torture ou l’adultère. Que vous ayez, sur le fond, tort ou raison d’émettre des réserves à l’égard d’ “Amoris Laetitia”, vos “dubia” , en tant que demande courtoise d’éclaircissement adressée au pape, ne nous paraissent pas choquants au premier abord. Au lieu des éclaircissements demandés, il y a eu des menaces et des insinuations. Vos questions ont été qualifiées de “questions de pharisiens”. Le président du Comité central des Catholiques allemands a dit qu’il s’agissait d’ ”infâmes et minables questions-pièges et de chausse-trappes”.

Nous prenons cela sereinement. Continuer la lecture de « LA FOI CHRÉTIENNE NE RECHERCHE PAS LES APPLAUDISSEMENTS »

Origine de la tradition mariale

Origine de la tradition mariale – Le mystère de la Femme

François-Michel Rigot

image origine-de-la-tradition-mariale-9782249624377

Date de parution : 17.05.2017
EAN : 9782249624377
Nombre de pages : 480

Présentation :

On pourrait être déconcerté devant le mutisme général des chrétiens face à la question pourtant incontournable : comment se fait-il que la grande tradition donne tant d’importance à la Vierge, alors que le Nouveau Testament n’en parle pratiquement pas ? Ce paradoxe est souvent éludé. Quelle réponse alors donner à ceux qui, loyalement, perçoivent la tradition mariale comme une excroissance injustifiée ?
Cet ouvrage, en scrutant les textes, s’efforce de retrouver comment la Tradition a été amenée progressivement à une telle confession. Les Évangiles synoptiques laissent pressentir en creux que le silence du Christ, à propos de sa mère, a d’abord intrigué les apôtres. Il s’éclaire par un autre silence : celui du secret messianique, bien visible celui-là. De même que Jésus ne pouvait dévoiler son propre secret messianique avant le temps, de même il lui était impossible de révéler la profondeur de la part prise par sa mère. Ce fut, plus tard, le rôle de l’Esprit Saint. De là découle entre Jésus et sa mère une vie de conjurés partageant un secret qui les force à une double identité, celle publique de Jésus et Marie tels que les connaissent les habitants de Nazareth et l’identité secrète qui couvre tout le mystère. Cet ouvrage montre comment, en dépit de nombreux travaux de grande valeur, une partie de la recherche actuelle et récente, en soumettant la tradition à des exigences prétendument «scientifiques », se fourvoie loin d’une compréhension saine des Écritures telle que Dei Verbum voulait la promouvoir.
François-Michel Rigot est prêtre et religieux contemplatif. Spécialiste de saint Maxime le Confesseur, il enseigne dans le cadre de sa communauté.  

L’autre secret de Hollywood : les abus sexuels de jeunes garçons

Par Ira Madison
Publié sur The Daily Beast sous le titre Hollywood’s Other ‘Open Secret’ Besides Harvey Weinstein: Preying on Young Boys


« C’est un endroit où les adultes ont plus de contacts directs et inappropriés avec des enfants que probablement n’importe où ailleurs au monde », a déclaré l’ex-enfant acteur Corey Feldman.

La semaine dernière, l’ex-enfant acteur Corey Feldman, (Stand by MeThe Goonies) a tweeté qu’on lui avait demandé un commentaire sur les allégations de harcèlement sexuel et de viol censément perpétrés par Harvey Weinstein. C’est logique, étant donné qu’il dénonce depuis des années les abus sexuels à Hollywood — pas de femmes, mais de très jeunes garçons. Il explique depuis longtemps que la pédocriminalité est le pire problème de Hollywood, et qu’elle est en grande partie responsable de la mort par overdose de son meilleur ami, Corey Haim. Continuer la lecture de « L’autre secret de Hollywood : les abus sexuels de jeunes garçons »

Cardinal Müller : la communion est “possible” pour les adultères

Le cardinal Gerhard Müller regrette dans sa préface au nouveau livre de Rocco Buttiglione sur Amoris Laetitia la “controverse amère” suscitée par ce document. Buttiglione est un philosophe et un politicien italien.

Müller soutient l’affirmation de Buttiglione selon laquelle Amoris Laetitia peut être interprété selon la doctrine catholique et se distancie du philosophe Josef Seifert et de la “Correction filiale” qui ont tous deux montré les hérésies contenues dans Amoris Laetitia.

Le cardinal admet que la communion ne peut être reçue que par les pécheurs qui se repentent et ont l’intention de ne plus commettre les péchés qu’ils ont confessés.

Mais alors il prétend que de toute façon les bigamistes peuvent recevoir la Sainte Communion, par exemple dans le cas d’un catholique, vivant dans une seconde union, qui a connu une conversion à l’âge mûr et considère son premier mariage comme invalide bien que cela ne puisse être prouvé canoniquement.

Avec son affirmation, Müller contredit le Nouveau Testament et le Concile de Trente qui condamne l’hérésie selon laquelle une personne peut juger dans sa propre conscience et sans autorité ecclésiastique sur la validité de son mariage.

fr.news

La Toussaint et la fête des morts – Petit éclairage

La date du 1er novembre et celle du 2 novembre sont deux dates distinctes du calendrier ayant chacune leur signification.

 Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints.

Chaque 1er  novembre, l’Eglise honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ. Continuer la lecture de « La Toussaint et la fête des morts – Petit éclairage »

Là où commence un schisme

 Sur la situation actuelle dans l’Eglise, le témoignage très émouvant d’un prêtre de terrain, le P. Ray Blake (26/10/2017)

DES PRÊTRES QUI TRINQUENT D’ABORD À LA CONSCIENCE

Père Ray Blake

* * *

[Photo choisie par le P. Blake]

J’ai toujours pensé que pour les catholiques, la conscience était importante: dans une réplique fameuse, Newman a dit qu’il trinquerait au Pape, mais d’abord à la conscience; saint Thomas d’Aquin a dit que nous devons suivre la conscience, même si elle nous conduit hors de l’Église.

Le Pape François, ou du moins les bergogliens, semblent dire que les divorcés remariés peuvent recevoir la sainte communion s’ils le font en bonne conscience; le problème est de savoir ce qui se passe si le prêtre qui est censé leur donner la communion ressent en bonne conscience qu’il ne peut pas le faire. Continuer la lecture de « Là où commence un schisme »

100 ans après la révolution bolchévique, les catholiques russes se souviennent de leurs «martyrs du goulag»

20170919T1429-11607-CNS-RUSSIA-ORTHODOX-MONASTICISM (1000x667)Lorsque le centenaire de la révolution bolchevique tombera début novembre, les communautés chrétiennes de l’ex-Union soviétique commémoreront les persécutions qu’elles ont déclenchées. Mais ils se souviendront aussi des méditations religieuses nées dans les prisons et les camps de travail, dont certaines méritent d’être classées parmi les meilleures de l’histoire chrétienne. Mgr. Igor Kovalevsky, secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques de Russie, déclare :

“Les souffrances de l’ère soviétique ont affecté non seulement les églises, mais toute la société, y compris les athées”. “Les écrivains laïcs comme Alexandre Soljenitsyne et Nadhezda Mandelstam sont peut-être devenus les plus célèbres, mais les thèmes du témoignage et du martyre se retrouvent aussi dans la littérature du goulag et sont universellement reconnus et respectés.” Continuer la lecture de « 100 ans après la révolution bolchévique, les catholiques russes se souviennent de leurs «martyrs du goulag» »

Le sceau divin des apparitions de Fatima  : le miracle du soleil

Revenons sur l’événement unique. À partir du 13 juillet 1917, Lucie et Jacinthe avaient annoncé à leur entourage que la belle Dame leur avait promis un miracle pour le 13 octobre, à midi. Les deux cousines répétèrent maintes fois la même affirmation sans jamais varier, même sous les menaces et les persécutions que les incrédules leur infligèrent. Ces épreuves, rappelons-le, furent terrifiantes pour des enfants de dix, neuf et sept ans. Or, au jour dit, à l’heure dite, environ soixante-dix mille personnes furent témoins d’un miracle  : le soleil dansa, tournoya et sembla tomber sur la terre, ce qui ne s’était jamais vu depuis que le monde est monde.

Il s’agit du fait historique le plus considérable depuis la résurrection et l’ascension de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Continuer la lecture de « Le sceau divin des apparitions de Fatima  : le miracle du soleil »

La Réforme protestante constitue un bouleversement total des fondements de la foi catholique

Alors que le secrétaire général de la conférence des évêques d’Italie, Mgr Nunzio Galantino – nommé à ce poste en 2014 par le pape François – vient de qualifier la Réforme de Lutherd’« événement du Saint-Esprit », le cardinal Gerhard Müller vient de tenir sur la rupture protestante il y a 500 ans un langage beaucoup plus… catholique. Dans une tribune publiée ce mardi par La Nuova Bussola Quotidiana, répondant directement et ouvertement à cette assertion, le cardinal Müller a souligné qu’il ne s’agissait pas d’une réforme, mais d’une révolution. Jeanne Smits a traduit l’article ici. Extrait :

Unknown-10Il y a une grande confusion aujourd’hui dans le discours sur Luther, et il faut dire clairement que du point de vue de la théologie dogmatique, du point de vue de la doctrine de l’Eglise, il n’y eut pas en réalité une réforme mais une révolution, c’est-à-dire un bouleversement total des fondements de la foi catholique. Il n’est pas réaliste de prétendre que son intention était de lutter contre certains abus relatifs aux indulgences, ou contre les péchés de l’Eglise de la Renaissance. Les abus et les mauvaises actions ont toujours existé dans l’Eglise, et pas seulement à la Renaissance, – il en existe même de nos jours. Nous sommes la Sainte Eglise par la grâce de Dieu et des sacrements, mais tous les hommes d’Eglise sont pécheurs, tous ont besoin de pardon, de la contrition et de la pénitence. Continuer la lecture de « La Réforme protestante constitue un bouleversement total des fondements de la foi catholique »