Comme se lève Wichita, ainsi se lève l’Église Catholique

Partagez...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima

Phil Lawler a écrit quelques articles qui méritent une plus grande attention. L’essentiel des articles est que, par une remarquable « coïncidence », pas moins de cinq séminaristes ont été ordonnés dans le Diocèse de Wichita, Kansas ( dont trois étaient au séminaire ) et ils ont été nommés Évêques de divers sièges Américains depuis 1998 : l’Archevêque élu Paul Coakley ; l’Évêque James Conley ; l’Évêque Ronald Gilmore, qui a pris sa retraite, pour être remplacé par le quatrième, l’Évêque John Brungardt ; et, plus récemment, Mgr Shawn McKnight. Gilmore est originaire du diocèse et les autres sont originaires des diocèses voisins du Midwest.

Lawler note que Wichita est une ville relativement petite de moins de 1 million d’habitants « où les Catholiques forment une minorité distincte ( un peu plus de 100 000 ) et le diocèse local n’a qu’un seul Évêque sans auxiliaire ». L’Évêque qui se retire a déjà demandé à la blague : « Y a-t-il quelque chose dans le sol, dans l’eau, dans l’air ? »

Clairement, quelque chose de mystérieux est à l’œuvre ici et Lawler pense qu’il sait ce que c’est : quatre des cinq ( Coakely, Conley, Gilmore et Brunghart ) ont participé et ont été arrêtés pendant la campagne « Summer of Mercy » [ L’été de la Miséricorde ] menée par Operation Recuse à Wichita en 1991. Lawler décrit l’événement comme suit :

« Des centaines d’activistes se sont rendus par auto ou ont pris l’avion vers le Kansas ; des milliers de locaux pro-vie se sont joints à l’effort. Jour après jour, des dizaines de pro-vie ont bloqué l’entrée à la clinique d’avortement dirigée par feu George Tiller, risquant l’arrestation dans le but de sauver des bébés à naître de la destruction. Au cours d’une campagne intensive de six semaines, avant qu’une injonction fédérale sévère ne mette un terme aux blocus quotidiens de la clinique, plus de 2 700 personnes ont été arrêtées — y compris les quatre futurs Évêques ! Ensuite, Mgr Eugène Gerber a dit qu’il était « complètement solidaire » de ceux qui risquaient d’être arrêtés.

Quatre des cinq Évêques ( tous sauf McKnight ) ont été nommés par Jean-Paul II ou Benoît XVI ( qui a nommé Conley ). Ces nominations sont le reflet de ce que le commentateur ecclésiastique ultra-Progressiste Massimo Faggioli a regretté comme « trente ans de nominations épiscopales sous Jean-Paul II et Benoît XVI qui ont refondu l’Épiscopat Américain à l’image du « guerrier culturel » que ces derniers étaient sûrement en 1991. Ces nominations ont produit ce que Faggioli considère comme un « climat » malheureux en Amérique qui a favorisé l’opposition des Catholiques qu’il qualifie de « cyber-intimidateurs » à la campagne menée par François pour se retirer de la guerre de la culture en faveur des questions de « justice sociale » qui s’accordent assez bien avec la plate-forme du Parti Démocrate.

Mais qu’en est-il du cinquième Évêque, Shawn McKnight, nommé par le Pape François ? Lawler note qu’il était un séminariste en 1991 et il suggère que McKnight pourrait bien avoir participé à l ‘« Eté de la Miséricorde ». Cependant ce qui est certain, c’est que le petit diocèse de Wichita est, selon les normes actuelles, un véritable moteur de vocations, produisant non seulement cinq Évêques mais plus d’ordinations par habitant que n’importe quel autre diocèse dans le pays, y compris dix ordinations juste cette semaine.

À mon avis, il n’y a qu’une seule explication à cela et un prêtre cité par Lawler l’explique : « Les séminariste candidats se ruent sur des diocèses qui sont bons. Wichita a été l’un de ces diocèses ». Mais disons-le : relativement bon en comparaison de l’épave libérale largement décadente de l’establishment ecclésial Catholique en Amérique. Ainsi, par exemple, il n’est pas surprenant que la Messe Latine Traditionnelle, illégalement réprimée, ait été réintroduite dans ce diocèse il y a vingt-cinq ans.

La leçon à tirer ici est celle-ci : que l’Église sera restaurée au bon moment choisi de Dieu, quels que soient les plans des simples hommes avec leurs visions insensées de la « refaire » selon leur façon de penser. Comme se lève Wichita, ainsi se lève l’Église Catholique. Tout ce qui est nécessaire pour la restauration complète est l’obéissance aux demandes de Notre-Dame de Fatima — et surtout, la Consécration de la Russie à Son Cœur Immaculé.