La popularité du pape victime de son soutien aux migrants

Le pape François est toujours populaire, mais plus autant qu’avant. Sa popularité chute de 88 % à 71% en Italie.

Fini le temps où il faisait la quasi-unanimité. L’enthousiasme datant de sa prise de fonction est désormais plus terne. Une enquête publiée aujourd’hui par “la Repubblica” note une baisse de 17 % de la popularité du Pape dans le pays de la cité éternelle. Pas de quoi ébranler totalement le Saint-Siège, mais cela reste significatif.

Il y a cinq ans, l’ambiance était à la nouveauté. Jorge Mario Bergoglio, maintenant plus connu sous le nom de François, venait d’un autre continent que l’Europe. Son ton progressiste tranchait avec celui de son prédécesseur. Sa venue insufflait un air plus contemporain. Mais après cinq ans sur le trône de Saint-Pierre, la population juge plus par les actes. Et ils ne font pas autant consensus que le vent de renouveau qui s’est progressivement dissipé.

Le reflet des tensions migratoires dans la botte italienne

Le rang des mécontents gonfle, même s’il reste minoritaire. Les ultra-conservateurs catholiques sont maintenant rejoints par d’autres. Et parmi ceux-ci, les partisans d’un contrôle plus strict de l’immigration. À l’heure où le Vatican multiplie les appels à accueillir les migrants dans une Italie gouvernée par des partis opposés à cette option.

La tension est d’ailleurs de plus en plus palpable entre le Saint-Siège et le ministre de l’Intérieur d’extrême droite, Matteo Salvini (Lega). Alors que le premier vient de condamner la peine de mort, le deuxième veut assouplir le port d’armes. Deux mouvements contraires qui finissent par entrer en collision.

L’étude de la “Repubblica” note par ailleurs que la popularité du pape est particulièrement faible chez les plus jeunes. Moins de 60 % des 15 à 34 ans lui donnent leurs faveurs. Alors qu’ils représentent un important vivier de voix pour la coalition au pouvoir. Dans le même temps, il s’agit d’une classe d’âge moins sensible aux messages religieux. Enfin, une région se fait bien moins enthousiaste au sujet du pape François : le Nord-Est de l’Italie. Autrement dit la zone de prédilection de la Lega.

Pas qu’en Italie

Cette baisse de popularité n’est pas le fait propre de la péninsule méditerranéenne. La popularité du pontife baisse également ailleurs. En France, Le Figaro a publié en mars dernier un même type de sondage. Résultat : 9 % en moins au compteur. Là aussi sa popularité reste néanmoins forte, à 78 %. Mais ce qui frappe ici, c’est que cela se ressent plus fortement chez les catholiques pratiquants (-12%). Chez les non pratiquants par contre, cette popularité augmente (+4%).

Cette tendance reflète aussi ici en partie le débat sur l’accueil des migrants au sein de la communauté catholique. Les affaires de pédophilie au sein de l’Église au Chili ont également pu jouer un rôle. Mais malgré cela, plus de trois quarts des sondés restent en faveur du pape.

Si ces désaffections restent limitées, il a encore toutes les raisons de ne pas trop s’en faire. Son opposition à Salvini, elle, ne semble pas être sur le point d’être remise en cause.

Kevin Dupont – LaLibre.be