La logique d’Amoris Laetitia infecte désormais la diplomatie vaticane

Par: Phil Lawler –  Catholic Culture

Le dernier d’une série d’articles sur les pourparlers Vatican-Chine * publiés sur le site Vatican News aborde la question de savoir comment le Saint-Siège pourrait reconnaître les Évêques qui ont été ordonnés sans l’approbation du Vatican, et donc soumis à l’excommunication :

« La voie de la légitimation des Évêques Chinois ordonnés sans l’approbation du Pape n’est pas et ne peut donc être un acte bureaucratique froid ; il doit plutôt s’agir d’un parcours de discernement ecclésial authentique et profond où des cas particuliers sont évalués afin de déterminer si les conditions essentielles existent de telle sorte qu’un Évêque donné puisse être réadmis dans la pleine communion Catholique ».

Cette langue ne semble-t-elle pas familière ? Un « discernement profondément ecclésial et authentique » conduisant à une « pleine communion Catholique » ? Cela ne correspond-il pas à l’approche suggérée dans Amoris Laetitia ?

Voici donc le « changement de paradigme » dont nous avons tant entendu parler. Vous ne devriez pas violer l’intégrité de votre mariage ou de la hiérarchie Catholique ; vous ne devriez pas commettre de péché mortel ou vous faire excommunier. Mais si vous le faites, un processus de « discernement » peut tout faire, avec ou sans changement dans ce que vous faites, avec ou sans aucun but d’amendement.


* ( Ces documents d’information de Vatican News ne fournissent aucune nouvelle information sur le contenu réel des négociations en cours entre Rome et Pékin, qui se déroulent calmement, comme il convient à des pourparlers diplomatiques. Mais les articles supposent implicitement que les rumeurs répandues sont exactes et qu’un accord proposé permettrait la reconnaissance des Évêques ordonnés illicitement et le retrait de certains Évêques « clandestins » restés fidèles au Saint-Siège, les articles de Vatican News se tournent fortement vers l’acceptation d’un tel arrangement ).