Le pape fait l’éloge du cardinal qui admet maintenant des divorcés remariés à la communion

Manuel Clemente , le Patriarche de Lisbonne, au Portugal, a publié le 12 juillet une lettre du Pape François dans laquelle le Pape le félicite pour avoir publié des directives pastorales permettant à certains divorcés “remariés” de recevoir la Sainte Communion. Après sa lettre de 2016 aux évêques de la région de Buenos Aires, il s’agit de la deuxième approbation pontificale directe d’une approche hétérodoxe consistant à admettre certains adultères impénitents à la Sainte Communion.

Dans la lettre publiée par le cardinal Clemente et datée du 26 juin 2018 (et  traduite  en allemand par Giuseppe Nardi), le pape François écrit ce qui suit:

Cher frère Cardinal,

Je voudrais vous remercier de m’avoir envoyé les dernières lignes directrices pour les prêtres du patriarcat pour la mise en œuvre du huitième chapitre de l’Exhortation Apostolique Amoris Laetitia .

Cette réflexion profonde m’a rempli de joie, parce que j’ai reconnu en elle l’engagement du berger et du père qui est conscient de son devoir d’accompagner les fidèles en commençant par ses prêtres pour qu’ils puissent remplir leur office de la meilleure façon possible.

Les situations de vie conjugale sont aujourd’hui des zones où un tel accompagnement est le plus nécessaire et le plus délicat. Pour cette raison, j’ai voulu inviter le collège des évêques à un voyage synodal prolongé qui, en dépit de difficultés inévitables, permettrait la maturation de lignes directrices communes pour le bien-être de tout le peuple de Dieu.

En vous exprimant ma gratitude, j’utilise cette occasion pour encourager le frère Cardinal et ses collaborateurs dans le service pastoral – en premier lieu, les prêtres – à accompagner avec sagesse et patience dans l’effort de discernement, et à intégrer cette fragilité qui montre lui-même sous diverses formes dans les conjoints et leurs liens. C’est une tâche qui nous défie comme des bergers d’un côté, et qui de l’autre côté nous régénère et nous sanctifie, parce que tout est ranimé par la grâce du Saint-Esprit que le Seigneur ressuscité a accordé aux apôtres pour le pardon de péchés et pour le traitement soigneux de toutes les blessures.

Dans la joie de partager avec vous, mon cher frère, cette tâche douce et exigeante, je vous assure que je me souviendrai de vous dans mes prières et je vous demande aussi de prier pour moi. Je vous bénis de tout cœur, pour inclure tous les prêtres et toute la communauté diocésaine du Patriarcat de Lisbonne.

Vatican, 26 juin 2018

Franciscus

Le cardinal Clemente a été nommé cardinal par le pape François en 2015. Le Catholic Herald a rapporté il y a quelques jours ce qui suit à propos de Clemente:

Le Patriarche de Lisbonne a assisté aux deux Synodes de la Famille et a d’abord exprimé son désaccord avec l’idée de permettre aux catholiques divorcés et remariés de recevoir la communion. Son attitude a changé après la publication d’ Amoris Laetitia , cependant.

Le 6 février 2018, le cardinal Clemente avait publié ses propres directives pastorales , dans lesquelles il autorisaitcertains divorcés «remariés» – dans des cas individuels – à recevoir la Sainte Communion. Il y recommande aussi que les prêtres leur proposent de vivre chastement comme frère et sœur, mais il n’a pas fait de cette continence loyale et constante une condition préalable à leur accès à la Sainte Communion. Fait important, Clemente lui-même, dans ses lignes directrices, renvoie aux évêques argentins et à leur propre interprétation libérale d’ Amoris Laetitia en septembre 2016, ainsi qu’à la lettre d’approbation subséquente du pape François . Le cardinal Clemente se réfère aussi directement aux directives du diocèse de Rome du pape François, telles qu’elles ont étépublié le 19 septembre 2016 par son cardinal-vicaire, Agostini Vallini. Référence est faite par Clemente àAmoris Laetitia– qu’il cite abondamment, pour inclure AL 305 et sa célèbre note de bas de page 351 – et avec elle au forum interne et à un processus de discernement. Clemente se réfère également à la louange des évêques argentins par le Pape et à ses paroles qu ‘«il n’y a pas d’autres interprétations». Clemente dit alors: «La récente publication officielle de ces documents dansActa Apostolicae Sedis, CVIII / 10 (2017) p. 1071 ss, exige de nous, indispensable, de le recevoir et de l’accepter. “

Nous assistons ainsi à une plus grande solidification de la pratique hétérodoxe permissive consistant à donner la sainte communion à certains adultères impénitents, tout comme elle a été plus ouvertement promue par le pape François lui-même depuis 2016.