Nous ne devrions jamais oublier les nombreux martyrs qui sont morts pour l’Eglise en Chine

par le père Alexandre Lucie-Smith – THE CATHOLIC HERALD

D’innombrables personnes sont mortes pour le christianisme chinois

Aujourd’hui est la fête de Saint Augustin Zhao Rong et ses compagnons, autrement connus comme les martyrs chinois. Ils sont ce qu’on appelle un groupe représentatif de 120 martyrs chinois qui ont été canonisés par Saint Jean Paul II en 2000. Ils ne vivaient pas tous en même temps. Leur «chef», saint Augustin Zhao Rong, fut martyrisé en 1815, mais le plus grand nombre des 120 furent martyrisés en 1900 lors de la rébellion des Boxers. Wikipedia fournit une liste complète des martyrs ici . En même temps, nous ne devrions pas oublier les autres chrétiens qui ont également souffert dans des persécutions similaires. Le nombre de personnes tuées dans la Rébellion ne sera probablement jamais connu, mais il se chiffre en plusieurs milliers .

La liste des martyrs chinois canonisés prend fin en 1930, mais ce n’est évidemment pas la fin de l’histoire. Avec la montée du parti communiste en Chine, la persécution des chrétiens a pris une toute nouvelle impulsion. L’une des premières actions du président Mao fut d’expulser tous les missionnaires étrangers; c’est quelque chose que les autorités chinoises ont maintenu depuis lors, car il y avait un lot récent d’expulsions seulement l’année dernière .

Quant au nombre de chrétiens de toutes les confessions qui ont péri dans la Révolution culturelle, cela ne peut pas non plus être connu. Encore une fois, il doit aller dans les milliers. Alors que les excès de la Révolution culturelle, qui ont pu entraîner la mort prématurée de plusieurs millions de Chinois, ont cessé avec la mort du Président Mao et l’arrestation de sa femme, cela ne signifiait pas un relâchement de la religion. Loin de là. De plus, même avec la modernisation économique de la Chine, qui est maintenant en avance plus que jamais, l’intolérance religieuse a récemment augmenté.

Ironiquement, c’est ce passage au libéralisme économique couplé à la répression politique qui a conduit à la croissance du christianisme en Chine. Selon le Council on Foreign Relations :

Les experts font référence à deux événements historiques en tant que moteurs de l’éveil religieux de la Chine. Les changements de politique d’ouverture et de réforme de Deng Xiaoping ont déclenché un renouveau religieux dans les années 1980, le christianisme s’étant répandu dans les églises de maison formées dans les zones rurales. Le deuxième événement majeur a été la répression des militants de la démocratie sur la place Tiananmen en 1989. Cela a marqué un tournant majeur pour les communautés urbaines; Les intellectuels qui avaient espéré promouvoir les idéaux démocratiques comme une alternative à la pensée maoïste se sont tournés vers la pratique religieuse – vers le taoïsme, le bouddhisme chinois et finalement le christianisme.

Dans le climat actuel, il n’y a aucune raison de supposer que la foi chrétienne ne continuera pas à croître, en partie à cause de sa vivacité inhérente et en partie à l’aide involontaire que le Parti communiste lui donne à travers ses persécutions. cela représente une menace politique.

En attendant, nous devrions nous souvenir des chrétiens chinois d’aujourd’hui, confrontés à de nombreuses difficultés et obstacles que leur impose l’État. Nous devrions apprendre de la leçon qu’ils présentent: nous devrions apprendre de leur courage, de leur courage et de leur fidélité à la vérité. Et nous devrions faire autre chose – en regardant le Parti communiste chinois et la République populaire, nous devons nous méfier de toutes les institutions du monde, et nous rappeler que l’État est là pour servir les gens, et non l’inverse. Pendant ce temps, Saint Augustin Zhao Rong et ses compagnons, et tous les martyrs chinois, trop nombreux pour être comptés, mais connus de Dieu, priez pour la Chine et priez pour nous!