Des prêtres homosexuels auraient torturé et tué cet Évêque

Partagez...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

 

SOURCE : The Remnant

Mgr Bala était connu pour sa sagesse et sa douceur. Il a également soutenu les enseignements de l’Église concernant l’attraction du même sexe, particulièrement en ce qui concerne les prêtres dans son diocèse. Son corps a été retrouvé par des pêcheurs dans la rivière Sanaga, près de Monatele, le 2 juin. Ce qui était d’abord considéré comme un suicide, se révèle progressivement comme un meurtre brutal qui aurait été présidé par un coup de prêtres Catholiques homosexuels :

Les enquêteurs ont trouvé des traces de torture sur son corps.

Les Évêques Catholiques du Cameroun ont déclaré que cet Évêque, dont le corps avait été retiré d’une rivière au début de juin, ne s’est pas suicidé, mais a été assassiné :

« Au vu des premiers résultats, nous, Évêques du Cameroun, affirmons que Mgr Jean-Marie Benoit Bala ne s’est pas suicidé ; il a été brutalement assassiné. C’est un meurtre de plus, et un de trop », ont déclaré les Évêques dans un communiqué après une réunion en assemblée générale le 13 juin ».

Selon un article paru sur Cruxnow.com, le meurtre de Mgr Bala aurait été perpétré par des prêtres homosexuels en représailles pour avoir tenu la ligne sur l’enseignement de l’Église sur l’homosexualité :

En réponse, l’actuel administrateur apostolique du diocèse de Bala, Mgr Joseph Akonga Essomba, a livré une réponse brutale jeudi lors d’une homélie lors d’une messe commémorative : « L’Évêque a été tué, a-t-il dit, parce qu’il se dressait contre les homosexuels dans l’Église et le sacerdoce ».

Montrant les premières rangées de l’église où siégeaient la plupart des ministres du gouvernement et d’autres personnalités importantes, et jetant un regard rapide sur les autres prêtres et Évêques, Essomba accusa :

« Honte à tous ces gens en costume noir et lunettes noires toujours assis dans les premières rangées de l’église », a-t-il dit.

« Honte à tous ces prêtres qui sont venus ici, prétendant sympathiser. Ce sont les gens qui ont tué notre Évêque, parce qu’il a dit « non » à l’homosexualité perpétrée par ces prêtres » a déclaré M. Akonga.