L’islam, une invasion qui ne veut pas dire son nom

 

ArnonPhilippe Arnon qui vient de publier “L’islam, une stratégie militaire sous-couvert de religion” est un homme qui habite très loin de la France et qui n’ y revient que tous les deux ou trois ans. Et à chaque fois, il est effaré par la métamorphose subie par son pays : dans les grandes villes, et même dans les plus petites désormais, il voit de plus en plus de femmes toutes vêtues de noir portant le niqab, de plus en plus d’hommes portant le qamis, des mosquées qui poussent comme des champignons, des rues parfois obstruées par une multitude composée étrangement que d’hommes pratiquant une étrange gymnastique. Tout cela lui donne l’impression d’ un océan qui se retire au profit d’ un autre qui prend sa place. Il a alors compris que l’islam -puisque c’est de cela dont il s’agit- est devenu, l’espace d’une génération, une invasion qui bien sûr ne veut pas dire son nom. Alors, néophyte, il a voulu comprendre et il s’ est mis à étudier ce raz-de-marée qui se prétend une religion. Il a lu, lu et relu. Jusque là, il croyait en la lutte du bien et du mal mais il avait toujours cru que Dieu et Satan, surtout Satan, ce n’était que des bondieuseries de vieilles bonnes femmes que la modernité des moeurs avait rangé dans le grenier du passé.

Mais quel ne fut pas son étonnement en lisant le coran et les hadiths ! Il se mit d’ un seul coup à croire en l’existence de Satan tout simplement parce que Satan dont la fourberie est élément fondamental de sa nature, s’était glissé dans ces textes; que dans ces textes, il n’y avait que des injonctions, comme si ce Dieu, prenant le nom d’Allah, à l’image de ces instituteurs rigides d’autrefois, s’adressait à des enfants du cours élémentaire, dépourvus de cervelles leur infligeant une crainte obsessionnelle; mais qu’ il n’y avait également dans ces mêmes textes que des appels au meurtre, contre les juifs, les chrétiens, les prosélytes, les apostats et enfin, un irrespect inimaginable pour les femmes. Mais surtout, derrière cette déchéance se faufilant dans le verbe, Philippe ARNON a découvert une immense supercherie d’une hypocrisie inouïe. Il a compris qu’en insufflant dans l’âme de ses fidèles, une crainte infinie pour leur vie puis en restreignant ici-bas leur libido mais en offrant à celle-ci, au-delà de leur mort, la possibilité d’un assouvissement débridé dans la débauche, Mahomet, le créateur de cette stratégie, pouvait lever une armée formidable au service da sa seule ambition : la conquête du monde !

Or, ce qu’ il y a de surprenant, c’ est que Philippe ARNON n’est pas le seul à avoir cette vision lucide de l’islam. Il y a … mais oui ! de grands islamologues musulmans (on ne le soulignera jamais assez) comme Abdennour Bidar, Rachid Benzine, le regretté Malek Chebel, Boualem Sansal, Kamel Daoud, Ghaleb Bencheikh … Et tous appellent à une grande lessive théologique, une lessive qui finalement s’inscrirait dans les valeurs démocratiques propres à l’Europe. Bien sûr, les fondamentalistes objecteront que le coran est incréé parce qu’il est la parole de Dieu et qu’ainsi, il est interdit de lui soustraire la moindre virgule. Mais Dieu qui est intelligence supérieure a créé les hommes et il les a créé avec l’ histoire et les moeurs et les mentalités flottent sur le courant de celle-ci. Alors pourquoi se dit avec justesse Philippe ARNON, l’Europe justement qui a tout de même pour elle, la légitimité sur son sol, n’organiserait-elle pas les Etats-Généraux de l’islam, bien sûr sur des bases précises et rigoureuses ? Il y aurait toute chance alors de briser Satan et de ne laisser en retour les hommes qu’à Dieu. Certains diront qu’il s’ agit là d’une sympathique utopie péchant par excès d’optimisme, comme cette autre idée de Philippe ARNON consistant pour l’Occident à revoir sa copie, concrètement, à se redéfinir un système qui serait un vrai humanisme. Après tout, l’histoire n’ a toujours avancé qu’ avec des utopies. Il faut lire ce livre car vraiment, il est indispensable pour conjurer notre avenir en péril.”

lesalonbeige.fr