NOUS SOMMES TOUS TRADITIONALISTES, MAINTENANT…

thatthebonesyouhavecrushedmaythrill

Dans l’histoire, on ne retrouvera probablement jamais un pontificat plus étrange. Des pontificats plus sanglants? Des pontificats plus violents? Des pontificats plus corrompus? Des pontificats plus édifiants et glorieux? Oui pour tous ceux-là, mais le prix du pontificat le plus étrange reviendra sûrement à François.

Tout dans cette papauté a été étrange, déroutant et dérangeant, troublant et inquiétant. J’aime bien la description des évêques du Kazakhstan: ‘alien‘. Oui, une grande partie de ce pontificat a été étranger, “alien” à la sensibilité catholique, au sentiment catholique et à la tradition catholique. Jorge Mario Bergoglio s’est installé sur le siège de Pierre avec une confiance étonnante et il n’a pas tardé à définir l’ampleur de son programme radical qui continue à se dérouler en temps réel. Clairement, rien dans la pièce où il se trouve n’est en sécurité.

Toutefois, depuis le début, la tradition – au moins une certaine tradition catholique – a toujours été un allié gênant de l’homme venu des extrémités de la terre. Il en a besoin. Il en vit. Sans elle, il meurt! La tradition est la seule chose qui donne à François l’oxygène dont il a besoin pour dire les choses qu’il dit et être entendu et pris au sérieux. C’est d’un accord tacite mais mystérieux, qu’une Presse presque entièrement séculière continue d’imprimer et de prêter attention aux choses que le Pape dit, reconnaissant qu’en quelque sorte le Pape se distingue du reste de l’Église catholique en autorité et jouit au sein de l’Église d’une plus grande puissance que le curé ou l’évêque lambda. Dans ce domaine, le monde rend compte de l’Église strictement selon ses propres termes. Cela sert l’Église lorsque «l’homme au sommet» est un vrai croyant et que la paroisse lambda est dirigée par un hurluberlu hérétique, mais c’est moins utile pour l’Église lorsque ces rôles sont inversés.

En effet, pour le Pape François, ces traditions papales qui impliquent activement la confiance des fidèles sont conservées et doivent l’être, bien qu’il soit un “radical”, voire un “révolutionnaire” selon ses propos tels qu’ils sont rapportés. Par exemple, pour François, la soutane blanche et la croix pectorale sont des objets précieux à conserver tandis que ceux qui sont jugés superflus et inutiles sont supprimés, comme le port de chaussures rouges et la jouissance des quartiers d’habitation du Palais apostolique. La soutane blanche est portée en tout temps, pour vous dire qu’il est pape et jouit d’une grande autorité. C’est une tradition utile, non? Le symbolisme et le message sont clairs. Aucune autre couleur de soutane ne ferait l’affaire, même pour un «radical». Tout Pape a besoin de respect. Les souliers rouges ne sont pas portés, ceci pour vous rappeler qu’il ne marche pas sur le chemin de ses prédécesseurs, qu’il n’honore pas le sang du Christ et de ses martyrs, mais qu’il suit son propre chemin, celui qui regarde la tradition catholique en général avec quelque chose comme un ricanement. De telles choses ne sont que des traditions stupides!

Pourtant, c’est en réalité la seule tradition catholique qui garde le pape François sous les feux de la rampe, et c’est la seule tradition catholique qui fait de lui un problème. Si on renonce à la tradition, ce n’est qu’un prêtre de plus, portant un costume différent.

Si le Pape n’était qu’un évêque ou un prêtre catholique de plus, il n’y a aucune raison pour que ses opinions soient traitées avec plus d’importance que celles d’un évêque d’un diocèse du Kazakhstan. Seule la tradition catholique permet à François et à ses collaborateurs de persuader les gens qu’Amoris Laetitia est très, très importante et doit être prise très, très au sérieux par toute l’Église. Seule la tradition catholique soutient que «Pierre a parlé, alors vous feriez bien de considérer ses paroles, et de les prendre à cœur».

Après cinq ans, il est clair que François et la «mafia» de Saint-Gall qui l’a propulsé dans la gloire planétaire ont besoin de la papauté bien plus que la papauté n’a besoin de lui et d’eux, et que la papauté sert François dans une bien plus grande mesure qu’il ne sert la papauté. Saviez-vous que son cahier des charges l’oblige à sauvegarder et défendre le Dépôt de Foi qu’il a reçu et à l’enseigner aux autres? Il ne le fait pas, mais il est heureux d’utiliser les grands privilèges que la papauté lui accorde pour répandre ses opinions personnelles sur tout et souvent contredire le Magistère de ses prédécesseurs. Et juste pour illustrer à quel point cette tendance est devenue pénible et douloureuse, voilà qu’un théologien-pianiste du nom de Stephen Walford nous fait voir avec quel genre de nœuds nous pouvons nous lier si nous décidons que seule une attitude complètement schizophrène envers la tradition catholique servira l’Église du XXIe siècle.

De tels hommes prétendent qu’un Pape, du simple fait d’être Pape, est exonéré de toute accusation de trahir ou de s’écarter de la pratique et de l’enseignement clairs et cohérents de l’Église. En fait, non seulement un pape est automatiquement exonéré de ces accusations, mais ces accusations doivent s’appliquer en retour à tous ces malfaisants et «dissidents» qui oseraient le défier ou s’opposer à sa tentative flagrante de saper l’enseignement pérenne de l’Église sur la Sainte Communion pour les divorcés et les remariés.
Selon ce raisonnement, même si le Pape, pour citer François, lui-même citant saint Ignace de Loyala à l’époque, déclarait que «le noir est blanc» et «le blanc est noir», les fidèles seraient obligés de le croire et de l’accepter, mettant de côté tout ce qu’il y a de rationnel en eux. Voyez-vous à quel point la merveilleuse tradition catholique, dépeinte par lui comme peu digne de confiance et peu fiable, sert le pape François?
Il se passe quelque chose qui ressemble assez à cela:

«Avant d’être Pape, j’étais un cardinal hétérodoxe. Je me moquais de ce que l’Église confessait comme Son enseignement, et travaillais secrètement à le saper. Avant d’être un cardinal hétérodoxe, j’étais un archevêque hétérodoxe. Je me moquais de ce que l’Église confessait comme Son enseignement, et travaillais secrètement à le saper. Avant d’être un archevêque hétérodoxe, j’étais un prêtre hétérodoxe. Je me moquais de ce que l’Église confessait comme Son enseignement, et travaillais secrètement à le saper. Il y a peut-être eu un moment de ma carrière ecclésiastique où j’ai été ce qu’on pourrait appeler “orthodoxe” dans ma foi catholique, mais s’il y a eu un tel moment, je ne m’en souviens pas. Je n’ai renoncé à aucune de mes interprétations erronées des enseignements de l’Église, ni à mon incrédulité délibérée à Ses doctrines, mais voyez, maintenant que je suis Pape, ce qui était vrai autrefois n’est plus vrai et mes propres croyances, détachées des enseignements intemporels de l’Église, détachées de la tradition, qui s’éloignent même du Seigneur de l’Église, sont, en ma personne comme Pape, rendues crédibles, en fait plus que crédibles, elles doivent être crues par l’ensemble des Fidèles…»

Oui, l’Office de la papauté peut apparemment transformer un hérétique en sage, mais c’est l’Office qui est transformé, pas l’hérétique. Est-ce cela que l’Église croit? Ou s’agit-il plutôt de ce que les protestants croyaient traditionnellement du pouvoir et des devoirs du pape? Devenir Pape, semble-t-il, ne confère pas tant à celui qui siège sur la Chaire de Pierre un charisme d’enseignement et l’obligation solennelle de confirmer ses frères et les enfants de l’Église dans l’infaillible doctrine chrétienne transmise par le Christ à ses Apôtres jusqu’à nos jours, qu’il ne confère quelque chose de beaucoup plus grandiose que cela, qu’il ne confère la sanctification, peut-être même la déification des croyances privées d’un individu, voire la sainteté. Si un hérétique devient Pape, l’hérétique peut apparemment se réjouir non seulement que sa propre persistance dans l’erreur ait été changée en glorieuse intégrité dans la vérité, mais parce qu’il a le droit et même l’obligation de confirmer toute l’Église dans ses erreurs, devenues désormais saintes et louables, balayant ainsi toute la tradition aussi bien que les doctrines de Jésus-Christ Lui-même.

Dans cette proposition absurde, jamais, au grand jamais aucun Pape ne pourrait être un escroc qui use et abuse de son sublime et auguste Office pour amener par la ruse les Fidèles à croire en cette absurdité que les paroles de Jésus lui-même sont “trop rigides”, qu’on ne doit pas faire confiance aux paroles de saint Paul, qu’il est au-delà des possibilités d’un grand nombre des enfants de l’Église de suivre dans leur vie quotidienne la loi morale, que la loi morale elle-même, écrite dans le coeur des fidèles, est ambiguë, éphémère, modifiable, et qu’on ne doit pas lui faire confiance telle quelle. Jamais. Cela ne pourrait jamais arriver. Eh bien devinez quoi, un jour l’Église pourrait être forcée de reconnaître que c’est précisément ce qui s’est passé!

La tradition de l’Église, depuis l’ascension de Jorge Mario Bergoglio, confirme apparemment que nous devons prêter attention à quelqu’un qui fait les déclarations d’un évêque rebelle et apostat, surtout quand il devient Pape et surtout parce qu’il est Pape. Il ne peut pas être défié, il ne peut pas être remis en question, et il ne peut certainement jamais perdre le charisme spécial qui accompagne le fait d’être Successeur de Pierre. Il ne peut jamais être un Judas qui trahit son Seigneur pour une raison quelconque. Il est, en tant Pape, toujours grand, glorieux, au-dessus de tout reproche et vous devez obéir. Sans la tradition, sans le généreux honneur et le respect que la tradition et les traditionalistes attribuent à chaque Pape, François ne serait personne, rien dans l’Église. Sans la tradition, personne n’a besoin de l’écouter. À la lumière de la tradition, François est transformé en quelqu’un qu’on doit croire, même lorsque la tradition elle-même condamne carrément ses déclarations, parce que la tradition dit: «Écoutez le Pape, il parle avec le mandat et l’autorité de Dieu».

Cependant, si nous devons nous demander ce qui est le plus important dans l’Église, la tradition ou le Pape, nous pourrions nous demander qui, ou quoi, confère la crédibilité à qui ou à quoi. Est-ce le Pape qui donne vie à la Tradition, la tradition est-elle son jouet personnel? ou bien est-ce la tradition qui donne réellement oxygène, temps de parole et légitimité à un Pape? Intéressant, n’est-ce pas? Lorsque nous aurons trouvé la réponse à cette question, nous saurons mieux qui croire en cette crise actuelle, car François a rendu cette question très pertinente pour les débats d’aujourd’hui.

Car on nous dit aujourd’hui que nous devons écouter et adhérer aux maximes du Pape François dans Amoris Laetita parce qu’il est le Pape. On nous dit que nous devons écouter le Pape à cause de ce que Jésus a dit sur le Pape et, attendez, à cause de la tradition catholique. C’est la tradition catholique qui nous dit qu’il faut donner beaucoup de poids à ce que le Pape enseigne. Pourtant, on nous dit que quelque chose nous rend aveugle à la merveilleuse lumière qu’est la vision du Pape pour l’Église qui contredit ce que les catholiques ont toujours cru. Qu’est-ce qui nous aveugle? Mais oui! La tradition de l’Église nous aveugle! Bien sûr! Comme nous avons tous été stupides!

Voici, dans toute sa gloire paradoxale, la position actuelle des hommes qui voudraient que les catholiques renoncent à ce que les catholiques ont toujours cru depuis le temps du Christ et des Apôtres en ce qui concerne la Sainte Communion, l’adultère, le péché, le sacrilège et même l’apostasie.

Vous devez écouter le pape François, car c’est la tradition catholique.
Les catholiques ont toujours accepté l’enseignement papal!
La tradition catholique fait obstacle à la refonte radicale de toute la nature de l’Église catholique par le pape François.

[Ou, en d’autres termes…]

Vous devez abandonner la tradition catholique et écouter le pape François.
Vous devez écouter le Pape François car la tradition catholique vous dit que vous devez tout simplement le faire!

[Des homme comme] Stephen Walford ne peuvent pas appeler ceux qui s’opposent à l’agenda anti-catholique de François “protestants”. Oh, ils aimeraient bien pouvoir le faire. Ils doivent les appeler “dissidents” car utiliser le mot “protestants” comme terme de dérision serait offensant pour les protestants avec lesquels Team-Francis tente d’aplanir les différences. Comme c’est hilarant! Mais en fait, la position actuelle d’hommes comme Stephen Walford est fondamentalement protestante parce qu’elle propage le mythe protestant selon lequel le Pape est si puissant que non seulement il est le maître et le commandant de l’Église en tant que son chef visible, mais qu’en assumant l’office de la papauté, nous croyons apparemment qu’il devient surhumain, plus Dieu qu’homme, qu’il faut plus l’adorer et le vénérer que le Christ lui-même, qu’il ne lui a pas été seulement donné les clés du Royaume, mais qu’il est lui-même le Roi du Ciel incarné sur terre, puisque seul un homme qui s’est vu conférer non seulement la dignité de filiation, mais de Seigneurie de la divinité, pourrait jouir du privilège d’altérer la vérité divinement révélée. C’est drôle, non? Pourquoi aucun Pape n’a-t-il jamais essayé de faire ce que François essaie sur les Fidèles? On dirait qu’ils croyaient en Dieu, ou en quelque chose, qu’ils devaient rendre des comptes à quelqu’un d’autre qu’à eux-mêmes. Après tout, on ne peut pas affirmer de façon convaincante qu’Amoris Laetitia est simplement une réponse à l’époque parce qu’il n’y a rien de fondamentalement nouveau dans le divorce et le remariage, non?

Des hommes comme Stephen Walford croient qu’ils tiennent la “ligne gagnante” en disant aux catholiques – tout en nous insultant et en insultant notre intelligence -, que le Pape est à la tête de l’Église et que quiconque s’oppose à l’altération de la Foi catholique («qui n’est pas vraiment altérée, alors contentez-vous de croire et fermez-la») adhère de façon rigide à la tradition, mais se pose en dissident par rapport au Pape dissident qui était un Cardinal dissident et un Archevêque dissident et probablement un prêtre dissident.
Pour ceux qui souhaitent suspendre leurs facultés rationnelles, c’est la fin du débat. Pour les autres, en réalité, ce n’est que le début du débat qui devrait ressembler un peu à ceci…

– Pourquoi les catholiques devraient-ils croire et donner leur assentiment à un document pontifical et à son interprétation papale qui semble appuyer le renversement de la morale, de la tradition et de la croyance catholiques depuis 2000 ans?
Réponse: “Parce que le Pape le dit”.

– Pourquoi devrions-nous écouter ce Pape?
Réponse: : “Parce que la tradition catholique nous dit de le faire”.

– Qu’ y a-t-il de plus important pour les catholiques, croire, la tradition catholique ou le Pape qui s’en éloigne?
Réponse: “Le Pape!”

– Pourquoi?
Réponse: “Parce que la tradition catholique vous le demande! Les catholiques ont toujours écouté le Pape!”

– Mais les catholiques ont toujours cru que le Corps et le Sang du Christ sont Saints et ne devraient pas être reçus par ceux qui ont commis un péché mortel grave, car cela confirme les coupables dans leur propre condamnation. N’est-ce pas vrai?
Réponse … après un certain temps: “C’était vrai à l’époque mais ce n’est plus vrai maintenant, nous sommes en 2018 et vous devez abandonner ces croyances qui vous sont chères, que la tradition vous a conduits à croire! Jésus le veut!”

– Pourquoi? Comment puis-je en être sûr?
Réponse: “Parce que le Pape le dit! C’est lui qui commande ici…”

– Mais je croyais que vous m’aviez dit de renoncer à la tradition catholique? Donc je pourrais me dispenser d’écouter le Pape sur ce point?
Réponse: “Non! Oh, fermez-la!”

Ah oui, nous sommes tous traditionalistes à présent, ne dites pas le contraire, Monsieur Walford. Il se trouve que certains d’entre nous croient que la tradition catholique nous protège d’un Pape dans l’erreur et que les Papes eux-mêmes sont soumis à la sainte Tradition, et oui, même les papes sont soumis à la Parole de Dieu. Pas seulement quelques-uns, ou un, mais tous. Ce Pape – et vous-même – voudrait que nous abandonnions toute la tradition de l’Église, sauf une seule – une tradition très commode pour lui et pour ceux qu’il emploie dans son travail de tromperie -, que le Pape a autorité sur toute la doctrine et la pratique chrétienne. Maintenant, nous voyons à quel point la tradition est utile, si moquée et méprisée par le Pape François et ceux qu’il utilise pour faire le vilain travail de discréditer ceux qui se battent pour Jésus-Christ, ceux qui subissent des attaques calomnieuses pour l’avoir fait. Très utile! Parfois! Pour certaines causes! Comme la destruction de la morale chrétienne!

Il n’y a qu’une seule raison pour laquelle Stephen Walford est publié dans La Stampa, c’est parce qu’il est “on message” (fidèle à la ligne officielle) dans la guerre du Vatican contre les chrétiens – ceux qui croient et soutiennent toutes les doctrines du Christ. Monsieur Walford, le jour où vous serez “off-message” et que vous remettrez en question la légitimité d’Amoris Laetitia et l’interprétation qui en est donnée par son signataire, est le jour où ils vous laisseront tomber. C’est le jour où vous perdrez votre influence. Votre bonne volonté et votre loyauté sont utilisées. Votre intégrité n’est pas la bienvenue, pas plus que votre intelligence n’est appréciée, seulement votre soumission au chef et votre appui du message trompeur du Pape. Comme beaucoup d’autres, vous avez été séduit par les charmes trompeurs de ceux qui ont désespérément besoin de “théologiens” prêts à défendre publiquement l’indéfendable et à attaquer les innocents et les justes, tout en pensant qu’ils rendent service à Dieu. Il n’est pas trop tard pour vous tourner et vous battre pour les doctrines du Christ, pour la sauvegarde de la dignité et de l’honneur du Saint Sacrement et pour le salut des âmes. Le Pape François vous récompensera dans cette vie. Jésus-Christ vous récompensera dans l’éternité.


Mais ce n’est pas ce que dit le document. Il dit que la réception des sacrements est intrinsèquement interdite. Vous ne répondez pas à cela. Les documents CDF des années 1990 ne mentionnent jamais le péché mortel ou la culpabilité, car il ne s’agit pas de ces choses.


nous sommes en 2018, nous avons un pape différent et une époque différente dans une certaine mesure. Nous obéissons à ce que ce Pape enseigne maintenant. C’est simple et ce que Jésus veut


Des “théologiens” complaisants ont essayé de convaincre les sceptiques, les dubitatifs et les hésitants à propos d’Amoris Laetitia et de son interprétation papale officielle, mais je crains qu’il n’y ait ni excuse, ni précédent, ni échappatoire, ni justification possible à ce que le Pape essaie de faire. Pourquoi? Parce que la tradition elle-même qui nous dit de prendre très au sérieux ce que le Pape dit et d’accorder à ce qu’il dit créance, honneur et une déférence spéciale, nous dit aussi que ce qu’il dit vraiment dans Amoris Laetitia est totalement incompatible avec la foi et encourage la destruction de l’Église, la profanation de l’Eucharistie et la perdition des âmes. Pour les catholiques, rien n’est plus important que Jésus-Christ et si Son rival le plus célèbre en 2018 doit être un Pape, alors il n’y a aucune difficulté, il n’y a rien de scandaleux à choisir le Christ et à Le suivre malgré ce que le Pape nous dit de croire à la place. Si je dois choisir, je choisirai la tradition toute entière de l’Église, et vous pouvez garder la seule partie de la tradition que François souhaite maintenir, c’est-à-dire la loyauté envers lui – oui, y compris en trahissant le Christ lui-même.