Communion aux protestants : le Concile et deux encycliques de Jean-Paul II l’autorisent

« L’hospitalité eucharistique » favorisée par la Conférence épiscopale allemande pour les époux protestants des couples mixtes est la nouvelle pomme de discorde qui divise les évêques conciliaires. Et une nouvelle occasion pour El papa argentin de faire preuve, sur ce sujet, de son habituelle ambiguïté doctrinale, si flagrante déjà dansAmoris laetitia. Incontestablement, l’actuel pontife ouvre la voie depuis son arrivée au Vatican à la « communion pour tous », les divorcés remariés civilement, les invertis, et maintenant les protestants… Continuer la lecture de « Communion aux protestants : le Concile et deux encycliques de Jean-Paul II l’autorisent »

L’avertissement sinistre de St. Augustin aux pasteurs négligents

L'image sélectionnée

Beaucoup demandent: « De quoi ont-ils si peur »? La seule crainte qu’ils devraient avoir est une crainte saine de Dieu lui-même. Continuer la lecture de « L’avertissement sinistre de St. Augustin aux pasteurs négligents »

Sacrifice massif d’enfants dans le Pérou pré-chrétien

par le père Alexandre Lucie-Smith Catholic Herald

‘Prise du Teocalli par Cortez et ses troupes’ par Emanuel Leutze

Les archéologues ont récemment découvert des preuves du sacrifice massif d’enfants dans le Pérou pré-chrétien

L’expression « L’âge d’or de l’Espagne » en est une qui m’est profondément familière depuis mon enfance. Ma mère est née à Antofagasta, au Chili. Enfant, j’ai été élevée dans des livres qui racontaient les merveilles des explorateurs tels que Christophe Colomb et les conquistadors, hommes qui, avec quelques compagnons, ont renversé de vastes empires et réclamé pour l’Espagne, et, bien sûr, pour la foi catholique. Comme j’étais ravi que le vaisseau amiral de Colomb s’appelait Santa Maria et que son premier acte d’atterrissage dans le Nouveau Monde était de planter la Croix! Comment, en conséquence, j’ai été déçu de lire la défaite de l’Armada espagnole en 1588, un événement qui était considéré comme la fin de l’âge d’or, tout comme la reconquête de Grenade en 1492 (la même année que le premier voyage de Christophe Colomb) son ouverture. Continuer la lecture de « Sacrifice massif d’enfants dans le Pérou pré-chrétien »

Le cardinal Woelki va abandonner sur le sujet de communion protestante : l’objectif est « la paix » [pas la vérité]

Le cardinal Rainer Woelki de Cologne, qui est impliqué dans un conflit entre les évêques allemands pour savoir si la communion devrait être donnée aux protestants, a déclaré que son but était une « coexistence pacifique ».

Woelki a déclaré le 13 mai à domradio.de qu’un différend pour une bonne cause est « nécessaire ».

Le principal promoteur de la communion protestante est le cardinal Marx de Munich. Woelki est apparemment contre.

Le pape François s’est déjà rangé du côté de Marx en insinuant que la communion protestante est une bonne chose tant que les évêques allemands acceptent à l’unanimité de la « permettre ».

De facto, la communion protestante a été introduite en Allemagne il y a des décennies. Un prêtre la refusant perdrait rapidement son travail. L’Église allemande n’a pas de vocation et seules les personnes âgées assistent encore aux offices.

fr.news

L’islam est une religion vouée au service d’un projet politique universel : soumettre le monde entier à Allah et à sa Loi

 

Hassan5-450x255« Contrairement à une idée répandue, selon laquelle l’islam serait indistinctement « religion et régime politique » (dîn wa-dawla), R. Brague montre que cette formule, adoptée par le mouvement islamiste des Frères musulmans, fondé en Egypte en 1928, ne se réfère qu’à une situation éphémère : les dix années (622-632) durant lesquelles une seule et même personnalité, Mahomet, a détenu à la fois les pouvoirs temporel et religieux. Autrement dit, « le principat et le pontificat », selon la formule d’Abdelwahab Meddeb (1946-2014). Même si ce précédent nourrit la nostalgie des djihadistes actuels, ceux-ci ne peuvent se référer à aucun texte sacré de l’islam (Coran, Sunna, Sîra) pour imposer une forme particulière de régime (monarchie, république, dictature, démocratie), le califat lui-même, institué par les successeurs de Mahomet, n’ayant été qu’une sorte de décalque des empires orientaux et européens.

En revanche, l’islam est une religion vouée au service d’un projet politique universel : soumettre le monde entier à Allah et à sa Loi.

  • N’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur insouciant envers notre Rappel « de la vraie religion » (Coran 18, 28) ;
  • L’islam domine et ne saurait être dominé (sentence de Mahomet, contenue dans la Sunna).

De là résulte la confessionnalité qui caractérise l’organisation de l’Etat, quelle qu’en soit la forme, dans tout pays où les musulmans sont majoritaires, à l’exception du Liban. […] L’islam est un messianisme temporel et non pas spirituel. Cette conception résulte de l’absence de salut : le Coran occulte le péché originel et ses conséquences néfastes sur le dessein initial de Dieu, sur toute la création, et donc la nécessité d’une rédemption. […] »

lesalonbeige.fr