Examen des événements les plus inquiétants de 2017

Par Brandon Smith  – Source alt-market.com

Avec des événements comme le vote britannique pour quitter l’UE, la vague d’immigration musulmane massive en Europe, la surprise (pour certaines personnes) de la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine et les émeutes gauchistes qui ont suivi, il vous a peut-être été difficile de surmonter le chaos géopolitique et social absolu de 2016. Cependant, en examinant l’histoire récente et les tendances actuelles, il est important de comprendre que ces changements sont souvent cumulatifs ; ils ont tendance à se déposer les uns sur les autres comme des couches de neige à flanc de montagne, accumulant de l’énergie pour une grande avalanche. Continuer la lecture de « Examen des événements les plus inquiétants de 2017 »

Et puis il y en a eu six ! un Cardinal signe… la « Profession des Vérités Immuables sur le Mariage Sacramentel »

Où sont les Cardinaux Burke et Brandmüller ?

par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima

Mais où, aurait-on pu se demander, se trouvent les Princes de l’Église, dont aucun n’a dénoncé l’attaque d’Amoris Laetitia contre l’édifice moral de l’Église ? Où, en particulier, sont les Cardinaux Burke et Brandmüller, qui ont promis depuis longtemps mais qui jusqu’ici n’ont pas réussi à fournir une « Correction Formelle » des erreurs d’Amoris Laetitia? Continuer la lecture de « Et puis il y en a eu six ! un Cardinal signe… la « Profession des Vérités Immuables sur le Mariage Sacramentel » »

L’Amérique est battue, à terre pour le compte, et tout le monde le sait

Journal NEO Collage 7754


Gordon Duff, Senior EditorPar Gordon Duff –  Source New Eastern Outlook

Le monde sait que l’Amérique est finie.

Trump ne rend pas l’Amérique plus grande, il danse sur le cadavre. Nous pourrions donner des dates, le 9/11, ou 1913 quand l’Amérique a accepté une banque centrale Rothschild illégale. Peut-être que c’est vraiment en 1913 que l’hémorragie a commencé pour en terminer avec l’Amérique d’aujourd’hui.

C’est toujours une question de dette. Lorsque les nations acceptent une banque centrale – et toutes les banques centrales sont sous contrôle étranger, celui de la famille Rothschild – leurs institutions s’effondrent, la famille, la religion, leur gouvernement, les tribunaux, leurs médias. Tout y passe. Continuer la lecture de « L’Amérique est battue, à terre pour le compte, et tout le monde le sait »

La crise que nous vivons

La publication dans les Acta Apostolicae Sedis de la lettre du Pape François confirmant l’interprétation d’ Amoris Laetitia par les évêques de la région de Buenos Aires a marqué une nouvelle phase dans la grave crise qui affecte l’Église. Nous savons maintenant que les conseils pastoraux de ce groupe d’évêques incarnent ce que le pape François avait prévu au chapitre 8 de l’ AL . Le Pape François leur a écrit : “Le document est très bon et explique complètement la signification du chapitre VIII d’ Amoris Laetitia. Il n’y a pas d’autres interprétations. »L’approbation du pape François avait auparavant été sous la forme d’une lettre privée. Une telle lettre indique l’esprit du pape sur un certain sujet, mais ce n’est pas un acte d’enseignement officiel pour toute l’Église. Continuer la lecture de « La crise que nous vivons »

Le cardinal Caffarra a “souffert terriblement” à cause du pape François

Un ex-journaliste anonyme et catholique écrit sur le blog de Marco Tosatti que feu le cardinal Carlo Caffarra, l’un des quatre cardinaux du Dubia “a souffert terriblement” parce que le pape François ne l’avait pas jugé digne d’une réponse.

L’ex-journaliste ajoute : “Bergoglio l’étourdi, qui fait des appels téléphoniques à droite et à gauche, qui donne des interviews comme un acteur, qui apparaît aux anniversaires des prélats proches de lui, qui n’hésite pas à prendre plume et papier pour punir le cardinal Robert Sarah, n’a pas pu trouver une demi-heure pour parler à un homme qui était tenu en haute estime par Jean-Paul II et Benoît XVI.”

Lorsque François a rendu visite à Carpi en avril 2017, il a pris Caffarra entre ses bras devant les photographes. L’ex-journaliste écrit : “Caffarra m’a dit avec douleur que le pape lui avait échappé toute la journée ; il s’était adroitement limité à cette photo. (…) Comme c’est difficile d’aimer son prochain quand il est proche, et comme il est facile d’aimer les migrants et les étrangers de loin, en bavardant depuis un balcon ou en pontifiant dans un avion !”

fr.news