Entrevue : Joseph Seifert sur le débat d’Amoris Laetitia avec Rocco Buttuglione

Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five

Présentation de l’entretien par Maike Hickson : Comme le Professeur Claudio Pierantoni l’a récemment déclaré , il y a un débat en cours entre lui et le Professeur Josef Seifert d’un côté et le Professeur Rocco Buttiglione de l’autre en ce qui a trait à l’Exhortation Apostolique Amoris Laetitia. Buttiglione, qui est connu comme un des premiers défenseurs de l’Exhortation, a aussi été publiquement critiqué dans la récente Correction Filiale à François. Les trois philosophes — chacun l’étant à part entière — se connaissent depuis des années. Seifert et Buttiglione ont travaillé ensemble pendant deux décennies à l’Académie Internationale de Philosophie (AIP) au Liechtenstein. Pour sa part, le Professeur Pierantoni était étudiant au campus de l’AIP au Chili (AIP-IFES, 2004-2012) et était un étudiant du Professeur Seifert. L’entretien suivant vise à mieux comprendre la discipline théologique et philosophique entre ces trois hommes. Cette fois, c’est le Professeur Seifert qui explique sa position. Continuer la lecture de « Entrevue : Joseph Seifert sur le débat d’Amoris Laetitia avec Rocco Buttuglione »

Dans le diocèse de Rome, une messe œcuménique « catho-luthérienne »

Le « changement dans l’Église » doit partir de la base selon la doxa de Jorge Maria Bergoglio ! Toute nouvelle pratique doit être expérimentée par une parcelle du « Peuple de Dieu » afin d’être ensuite accueillie, officialisée et imposée à toute l’Église universelle.

Avec les Communautés chrétiennes de base, le pape François a trouvé des alliés inter-religieux, à la base, pour faire avancer sa révolution ecclésiale, doctrinale, morale. Ce sont des pionnières en la matière ! Ces Communautés de base, nonobstant leurs positions ultra-progressistes, pro-divorce, pro-euthanasie, etc., sont dîtes « catholiques », elles continuent à être dirigées par des prêtres de l’Église catholique et n’ont jamais été « suspendues » ou « mises sous tutelle » à la différence des Franciscains de l’Immaculé… Continuer la lecture de « Dans le diocèse de Rome, une messe œcuménique « catho-luthérienne » »

Les sept dons du Saint-Esprit reçus au baptême pour guider notre vie

Nous recevons les sept dons du Saint-Esprit au baptême et la confirmation nous en donne la plénitude.

Ces dons pourraient se traduire comme une grande intuition qui nous guide dans la vie de tous les jours. Nous recevons les sept dons au baptême et la confirmation nous en donne la plénitude. Nous sommes « les bénis de Dieu ». Ainsi il y a un lien parallèle entre les sept dons du Saint-Esprit et les béatitudes. Ces dernières sont, en effet nos attitudes résultantes des dons du Saint-Esprit. Continuer la lecture de « Les sept dons du Saint-Esprit reçus au baptême pour guider notre vie »

La messe œcuménique de François arrive

Le projet de messe œcuménique du pape François [qui est en réalité luthérienne] a officiellement commencé à Rome. Il est exécuté par le groupe moderniste romain Comunità Cattoliche di Base qui a été fondé par l’ancien abbé bénédictin Giovanni Franzoni, décédé en 2017 et qui avait quitté le sacerdoce.

Selon le blog Anonimi della Croce, le pape François a donné au groupe le feu vert pour expérimenter une “messe œcuménique”. Le 5 novembre, les membres du groupe ont assisté à un service de la Cène Luthérienne à Rome où ils ont consommé du pain et du vin.

Dans une prochaine étape, les luthériens participeront à l’Eucharistie du groupe. Selon Anonimi della Croce, François compte partir de telles expériences qu’il reconnaîtra plus tard et imposera à tout le monde.

fr.news

Sur la peur pastorale 

Ou pourquoi plusieurs prêtres se taisent

Par : Père RP — — — Pseudonyme… devinez pourquoi…

SOURCE : One Peter Five

Saint Thomas d’Aquin a écrit que la peur servile est du genre de celle qu’un serviteur ressent devant son maître — essentiellement, une peur de la punition. « En conséquence », écrit saint Thomas, « si un homme se tourne vers Dieu et adhère à Lui, par peur du châtiment, ce sera une peur servile ; mais si c’est par peur de commettre une faute, ce sera la peur filiale car il devient un enfant qui craint d’offenser son père ». Ailleurs, la peur servile est définie comme une « peur égoïste basée sur la peur de la douleur à soi-même suite à si un autre a été offensé. C’est la peur de la punition pour un acte répréhensible, sans être motivé par l’honneur ou le sens du devoir, et encore moins par l’amour ». Alors que la peur servile peut « coexister avec la peur filiale » — et en effet, Saint Thomas soutient que « la crainte servile vient du Saint-Esprit » — il faut se rappeler que « la peur purement servile sans amour de Dieu mais seulement par amour-propre qui craint les châtiments divins, est au moins en théorie, incompatible avec le véritable amour de Dieu ». Continuer la lecture de « Sur la peur pastorale  »