La Pravda américaine. La révolution bolchévique et ses conséquences

De l’importance des juifs dans la révolution bolchévique

Par Ron Unz – Le 23 juillet 2018 – Source Unz Review

Leon Trotski

J’ai toujours porté un grand intérêt pour l’histoire mais je croyais naïvement ce que je lisais dans mes manuels scolaires et considérais donc l’histoire américaine comme fade et ennuyeuse à étudier.

En revanche, une terre que je trouvais particulièrement fascinante était la Chine, le pays le plus peuplé du monde et son ancienne civilisation, avec son histoire moderne enchevêtrée de bouleversements révolutionnaires, sa soudaine réouverture à l’Occident pendant l’administration Nixon et les réformes économiques de Deng qui ont commencé à inverser des décennies d’échecs économiques maoïstes. Continuer la lecture de « La Pravda américaine. La révolution bolchévique et ses conséquences »

Leçons tirées de l’histoire de l’Église: bref aperçu des défaillances papales

Note de l’éditeur: Une version antérieure de cet article a été publiée pour la première fois à OnePeterFive en octobre 2015 sous le pseudonyme de «Benedict Constable». En raison de certaines controverses avant même d’avoir atteint un grand nombre de lecteurs, elle avait reçu des éloges comme l’une des réponses les plus utiles à la crise actuelle de l’autorité de l’Église. L’auteur a largement révisé l’article en vue de sa republication, en profitant des réactions d’un certain nombre de lecteurs, dont des historiens d’église et des théologiens dogmatiques. Il est également publié sous le nom propre de l’auteur.

Il y a ceux dans l’Église qui ne supportent pas de voir un pape critiqué pour quelque raison que ce soit – comme si toute la foi catholique s’effondrait si nous montrions qu’un successeur particulier de Pierre était un scélérat, un meurtrier, un fornicateur, un lâche, un compromis, épousant l’hérésie, ou promoteur de discipline défectueuse. Mais il est tout à fait faux que la Foi s’écroule; il est beaucoup plus fort, plus stable et plus solide que cela, car il ne dépend d’aucun titulaire particulier de la fonction papale. Au contraire, il précède ces titulaires; leur survit; et, en fait, les juge s’ils ont été de bons ou de mauvais vicaires du Christ. La foi est confiée aux papes, comme aux évêques, mais elle n’est pas soumise à leur contrôle. Continuer la lecture de « Leçons tirées de l’histoire de l’Église: bref aperçu des défaillances papales »

Flashback: Le pape condamne le «crime horrible» de sodomie, remet les religieux coupables aux autorités laïques

L'image sélectionnée

LifeSiteNews ) – L’année était 1568, mais la situation dans l’Église catholique était inconfortablement similaire à la nôtre. Après plusieurs décennies de corruption et de décadence morale, l’Église a été confrontée au scandale d’un clergé qui était largement réputé être impliqué dans le «crime horrible» de la sodomie. Lorsque le saint pape Pie V fut élu en 1566, il décida d’agir.

Depuis le milieu du XVe siècle, la papauté était en proie à un scandale presque continu alors que des familles italiennes riches et puissantes rivalisaient pour le contrôle du Saint-Siège et des bénéfices lucratifs qu’elle contrôlait. Continuer la lecture de « Flashback: Le pape condamne le «crime horrible» de sodomie, remet les religieux coupables aux autorités laïques »

Les sociétés secrètes et leurs crimes, depuis les initiés d’Isis jusqu’aux Francs-Maçons modernes (Louis Dasté)

Louis Dasté, de son vrai nom André Baron, ingénieur, journaliste et militant nationaliste français antidreyfusard, fut proche de la Ligue de la patrie française (dirigée notamment par Jules Lemaître et François Coppée) puis de l’Action française. Fondateur de divers journaux antimaçonniques, il est l’auteur de plusieurs livres dénonçant l’action des sociétés secrètes. Continuer la lecture de « Les sociétés secrètes et leurs crimes, depuis les initiés d’Isis jusqu’aux Francs-Maçons modernes (Louis Dasté) »

Les restes du dernier tsar de Russie, Nicolas II, et de sa famille authentifiés

L’hymne officiel de l’empire russe de 1833 à 1917 :

De Caroline Becker sur le site « aleteia » (17 juillet) :

« Alors que la Russie commémore le centenaire de l’assassinat de la dernière famille impériale russe, les autorités viennent d’annoncer officiellement l’authentification des restes du tsar Nicolas II et de sa famille :

Nicolas II web3-nicolas-ii-tzar-family-library-of-congress.jpg w=1200.jpgLes restes supposés du tsar Nicolas II et de sa famille pourront-ils bientôt être inhumés religieusement ? Les nouveaux résultats semblent le confirmer. Les autorités russes ont annoncé cette semaine que les restes du tsar Nicolas II, de son épouse et de trois de leurs filles avaient bien été authentifiés comme étant ceux de la famille impériale, tragiquement assassinée il y a 100 ans.

L’Église orthodoxe frileuse

Nicolas II, son épouse Alexandra Fedorovna, leurs quatre filles et leur fils ont été fusillés par les bolchéviques dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg, dans l’Oural. Les corps ont ensuite été jetés à la va-vite dans une fosse commune aux environs d’Ekaterinbourg. Reconnus comme martyrs du bolchévisme, ils ont été canonisés par l’Église orthodoxe en 2000.

Les restes de la famille impériale, retrouvés dans la fosse commune en 1979 et aujourd’hui enterrés dans la forteresse Pierre et Paul Saint-Pétersbourg, ont déjà fait l’objet d’analyses génétiques. En 1998, le gouvernement russe avait ainsi officiellement reconnu l’authentification des restes comme appartenant à Nicolas II, son épouse et trois de ses filles. Mais l’Église orthodoxe avait, quand à elle, toujours réfuté ces résultats.

Une enquête ouverte depuis 2015

À sa demande, de nouveaux tests ont donc été exigés en 2015 afin de faire des comparaisons avec d’autres membres de la famille impériale. Pour la première fois, les restes du précédent tsar, Alexandre III, ont donc été exhumés afin de prouver que Nicolas II et lui était bien « père et fils ». Ces nouveaux résultats ADN semblent confirmer ce qui avait déjà été authentifié en 1998. Le porte-parole de l’Église orthodoxe, Vladimir Legoïda, a salué le travail des enquêteurs et a souligné que le clergé examinerait avec attention ces nouveaux résultats. Les restes présumés des deux autres enfants du tsar, Alexeï et Maria, retrouvés seulement en 2007, n’ont pour le moment pas encore fait l’objet de prélèvements ADN, faute d’accord entre les autorités et l’Église orthodoxe.

En attendant les conclusions officielles de l’Église orthodoxe, le patriarche Kirill a guidé, ce jour, la procession organisée en l’honneur du centenaire de l’assassinat de la famille impériale. Celle-ci a quitté, vers deux heures du matin, le lieu où ont été tués le tsar et sa famille pour rejoindre à pied le monastère de Ganima Iama, construit en leur honneur, situé à 21 kilomètres de Ekaterinbourg.

Reconnaître et résister: Encore un autre exemple de l’histoire

Écrit par Michael Davies – THE REMNANT

Un évêque pour notre temps: Robert Grosseteste

tête d'un bisop

Note de l’éditeur : Bien que Robert Grosseteste ne soit pas un saint canonisé, il n’en reste pas moins un autre de ces «hommes pour toutes les saisons» dont nous devons nous familiariser avec l’exemple saint pendant cette terrible période de crise dans l’Église. Robert a résisté au pape dans son jour; en fait, il lui a résisté à son visageet pourtant, selon tous les témoignages, c’était un saint et saint évêque. Son cas est un autre exemple de l’histoire de deux réalités importantes dont nous, catholiques romains, devons rester conscients: 1) que les papes peuvent abuser de leur fonction, Continuer la lecture de « Reconnaître et résister: Encore un autre exemple de l’histoire »

Paul VI et la visite historique aux Nations Unies

“Il y a des événements qui, en raison de leur nature symbolique, marquent l’histoire plus profondément qu’un livre ou un document doctrinal.” Avec cette réflexion commence l’historien Roberto de Mattei l’histoire de la visite de Paul VI aux Nations Unies en 1965, recueillie dans le livreVatican II. Une histoire jamais écrite . Une visite qui, comme l’explique De Mattei, a imprimé une orientation décisive à la dernière session du Concile Vatican II. Continuer la lecture de « Paul VI et la visite historique aux Nations Unies »

Message et « secrets » révélés par Notre-Dame de La Salette

statue de la Vierge en pleurs.

Le samedi 19 septembre 1846 en fin d’après midi, alors que sonnaient les premières vêpres de la fête de Notre-Dame des Douleurs (qui était alors célébrée le 3ème dimanche de septembre), la Très Sainte Vierge Marie, tout en pleurs, se montra à deux enfants sur la sainte montagne de La Salette, dans le diocèse de Grenoble.

L’Eglise a reconnu l’authenticité de cette apparition dans laquelle Maximin et Mélanie virent la Vierge en pleurs, et reçurent d’elle
1) un message qu’ils devaient faire passer à « tout son peuple », mais aussi
2) un secret chacun.
Continuer la lecture de « Message et « secrets » révélés par Notre-Dame de La Salette »

Comprendre le Moyen Age

Scène de paysage médiéval avec des prêtres étudiant l’astronomie et la géométrie, montrant une sphère armillaire, un carré et une boussole
Le Moyen Age reflète la vérité sur l’humanité dans la plus sainte de ses hauteurs et dans la décadence de ses profondeurs

Au fil du temps, le «Moyen Âge» est présenté comme un nom inadéquat pour la période de l’histoire qu’il prétend décrire. Comme pour d’autres labels, tels que «les Lumières» et «l’âge de la Raison», l’étiquette en dit plus sur les hommes qui ont fait l’étiquetage que sur la chose étiquetée. Ainsi, par exemple, «l’Illumination» était le nom que ceux qui se considéraient comme «éclairés» donnaient aux philosophes du dix-huitième siècle avec lesquels ils étaient d’accord pour se distinguer de l’ignorance du passé «non éclairé».  Continuer la lecture de « Comprendre le Moyen Age »