Cardinal Müller : l’unité de l’Eglise serait menacée de destruction si les conférences épiscopales avaient le dernier mot sur les traductions des textes liturgiques

Cardinal Müller Eglise destruction conférences épiscopales dernier mot textes liturgiques

L’ancien préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi a exprimé ses réserves sur la récente réforme liturgique du pape François dans un entretien avec Passauer Neue Presse.

Le cardinal était interrogé sur le Motu proprio Magnum Principium qui donne cette autorité aux épiscopales locaux en affirmant : « L’autorité la plus élevée en cas de doute ne peut pas revenir aux conférences épiscopales, qui détruiraient l’unité de l’Eglise catholique en matière de foi, de confession et de prière. »

Le cardinal Sarah, préfet de la congrégation pour le culte divin, avait fait des déclarations similaires le mois dernier, pour se voir recadrer par le pape François.

Le cardinal Müller a précisé qu’il a souvent constaté que « les traductions utilisées par les évêques ont édulcoré les textes bibliques au prétexte d’une meilleure compréhension. »

reinformation.tv

En Californie

  

L’archidiocèse de San Francisco a pris des dispositionspour « conseiller » un diacre ouvertement « gay » et réglementer ses activités « publiques ». Il y a longtemps que ce diacre est ouvertement homosexualiste, par ses articles dans le magazine LGBT local qui est aussi le plus ancien et le plus connu des Etats-Unis (Bay Area Reporter), par sa participation à la gay pride, et par son activité pastorale. Ainsi, en mai dernier, était-il l’animateur d’un « atelier » intitulé « Les dons des LGBTQ pour l’Eglise institutionnelle », au « Centre de vie spirituelle ignacienne » de la paroisse Sainte-Agnès de Haight-Ashbury. Dernière phrase de sa présentation : « Il est fier d’être un catholique gay et ne voit pas de contradictions dans cette identité, seulement des opportunités pour que le Saint-Esprit l’aide à devenir une personne plus aimante, plus compatissante, et plus sainte. » L’archidiocèse a donc décidé que toutes ses activités publiques devaient désormais être soumises à autorisation. Mais pour ses articles dans Bay Area Reporter, on ne peut rien, parce qu’il ne les signe pas en tant que diacre de l’Eglise catholique…

L’école San Dominico de San Anselmo n’est plus catholique. Ainsi en ont décidé les… religieuses qui l’administrent, les Sœurs Dominicaines de Saint Raphaël. Elles avaient déjà défrayé la chronique l’été dernier en retirant la majorité des statues ornant le campus, au motif que c’était « perturbant » pour les personnes d’autres religions que de tomber sur une statue de saint François ou saint Dominique en arrivant à l’école. Désormais, l’école n’est plus catholique et ne dépend donc plus de l’archidiocèse, et elle va pouvoir plus que jamais délivrer un enseignement « inclusif ». Voici ces religieuses, qui se disent toujours dominicaines… (A priori on a l’impression d’autre chose… et c’est la bonne nouvelle…)

Le cardinal Sarah refuse de jouer dans le bac à sable de François

Le cardinal Robert Sarah n’a pas retiré sa déclaration selon laquelle le Vatican a la responsabilité finale des traductions liturgiques bien que le Pape François lui ait demandé de le faire en l’humiliant en public.

Tout a commencé le 3 septembre avec le Motu Proprio Magnum Principium dans lequel François applique sa stratégie de confusion afin de transférer la responsabilité des traductions liturgiques aux évêques locaux sans le dire. Sarah a rectifié cette confusion le 1er octobre avec une déclaration dans L’Homme Nouveau.

François voulait que Sarah envoie un rectificatif à L’Homme Nouveau, à toutes les conférences épiscopales, et aux membres et aux consulteurs de sa congrégation. Il semble que Sarah ait décidé de ne pas jouer dans le bac à sable de François. Jusqu’à présent L’Homme Nouveau n’a reçu aucune déclaration du cardinal.

fr.news

Le cardinal Zen appelle douloureusement le Saint-Siège à ne pas « vendre » à Pékin l’église fidèle de Chine

cardinal Zen Saint Siège vendre Pékin église Chine

L’évêque émérite de Hong Kong a lancé son cri d’alarme pendant l’homélie de la messe de suffrage pour le père Pietro Wei Heping, prêtre de l’Eglise clandestine, fidèle à Rome, trouvé mort en novembre 2015 dans des circonstances mystérieuses sur lesquelles les autorités de la Chine communiste ne veulent donner aucun détail, se contentant d’attribuer son décès à un bien improbable « suicide ».

Le cardinal Joseph Zen, précisant que le Saint-Siège ne doit pas être confondu avec le pape, a observé que l’institution se taisait sur la tragédie des persécutions en Chine depuis l’ouverture du dialogue entre Pékin et le Vatican.

« Le dialogue est important et nécessaire. Mais de toute façon [le Saint-Siège] est trop optimiste par rapport au régime communiste. Il se fie à la diplomatie plutôt qu’à la foi. Pour obtenir un accord, le Saint-Siège renonce à toute ligne de partage… Continuellement, le Saint-Siège choisit la compromission et pour finir il se vend lui-même pour aplanir les difficultés. Mais ce n’est pas cela que Dieu attend de l’Eglise et cela n’est en rien fidèle à la mission que Jésus a confiée aux apôtres. »

reinformation.tv

Dites NON au faux œcuménisme

Seat_of_wisdom_4L’archidiocèse d’Ottawa planifie une cérémonie de « Prière commune à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme» le samedi, 25 novembre à 12h à la cathédrale Notre-Dame. La rencontre s’inspirera du guide liturgique Prière commune du groupe de travail liturgique de la Commission luthéro-catholique pour l’Unité.

Cette « liturgie » n’est qu’une éloge de la réforme protestante et de Luther, tandis que la doctrine Catholique et ses saints sont passés sous silence. L’emphase est mise sur ce qui unit, mais les doctrines qui nous séparent sont escamotées, doctrines que tant de martyrs catholiques ont défendu avec leurs vies.

Les catholiques canadiens, mais aussi les autres, sont invités à signer une pétition contre ce faux oecuménisme sur CitizenGo.

Le célibat mourra-t-il d’abord en Allemagne ?

Le blog Anonimi della Croce rapporte le 11 novembre que les évêques allemands ont présenté au pape François une liste de “diacres permanents” mariés qu’ils veulent ordonner au sacerdoce. Selon le blog, la permission de François est déjà en cours.

Depuis le Concile, l’Église allemande a été réduite à une coquille vide avec plus de 100 000 employés, dont la plupart ne sont pas engagés dans des activités pastorales. Cette structure est maintenue vivante par un énorme flux de trésorerie généré par l’impôt de l’Église allemande. Les prêtres mariés aideront à garder cette façade droite.

fr.news

Le cardinal Cupich adule l’homosexualiste James Martin

Le cardinal Cupich de Chicago a appelé le jésuite homosexualiste James Martin “le plus grand évangélisateur de l’Église aujourd’hui, en particulier pour les jeunes.”

Invité par l’Université de Chicago, il a ajouté que Martin a “un merveilleux message”.

Cupich a ensuite affirmé que ceux qui critiquent Martin “n’ont jamais lu le moindre de ses écrits”

À ce stade, même le public de gauche a commencé à rire des paroles du cardinal.

fr.news

Međugorje : un coup des Russes 

Il est “probable” que le KGB était derrière “beaucoup d’obstacles et de soupçons” contre les apparitions supposées de Međugorje, estime le père Salvatore Perrella, membre de la commission pontificale pour Međugorje. Au début des apparitions, Međugorje appartenait à la Yougoslavie, un pays communiste non aligné sur l’Union soviétique.

S’exprimant dans La Fede Quotidiana du 6 novembre, Perrella estime aussi “probable” que les évêques de Mostar, qui s’opposent catégoriquement aux apparitions, soient soumis au chantage et menacés par les services secrets.

Néanmoins, lorsque les apparitions ont commencé, l’évêque de Mostar Pavao Žanić (décédé en 2000) avait publié un essai de 40 pages dans lequel il détaillait des raisons précises montrant que les apparitions étaient un canular.

fr.news

Une association laïque lance un appel public à corriger François

L’association internationale Veri Catholicia publié le 9 novembre une annonce d’une page dans l’édition romaine de Il Giornale.

Il appelle les cardinaux et les évêques “à réprimander canoniquement Jorge Mario Bergoglio, à évaluer si son élection était valide, c’est-à-dire à examiner s’il était catholique avant d’être élu ou s’il est maintenant en schisme avec l’Eglise catholique”.

L’appel concerne particulièrement Amoris Laetitia. Le groupe a été fondé à l’origine pour résister aux erreurs du cardinal allemand Walter Kasper.

fr.news