Salve festa dies

‘Salve Festa Dies’ – Benedictine Monks of St Domingo Silos 

C’est l’une des plus anciennes hymnes utilisées par l’Eglise latine. Elle a été écrite par Mgr Saint Venance Fortunat en l’année 609 ! Sublime, poétique et belle, cette hymne est considérée comme extrêmement précieuse par l’Eglise. Dans sa Liturgie, elle en fait toujours usage une fois par année, pendant la plus grande fête liturgique : la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ ! (traditionnellement, on la chante comme “hymne de procession” pour le Dimanche de Pâques (juste avant l’Introït de la messe).

R. Salve festa dies toto venerabilis aevo Qua Deus infernum vicit et astra tenet
R. Salut jour de fête, objet de vénération pour tous les âges, Où Dieu triomphe de l’enfer et prend possession des cieux ! Salut.

1. Ecce renascentis testatur gratia mundi Omnia cum Domino dona redisse suo
1. Voici que la beauté du monde qui renaît Atteste qu’avec son Seigneur elle recouvre tous ses biens.

2. Namque triumphanti post tristia tartara Christo Undique fronde nemus gramina flore favent
2. Car au christ triomphant après le triste séjour aux enfers, Tout sourit : les bois avec leurs feuillages, les prairies avec leurs floraisons.

3. Qui crucifixus erat Deus, ecce per omnia regnat Dantque Creatori cuncta creata precem
3. Le Dieu qui avait été crucifié, voici qu’Il règne sur l’univers ; La création entière prie son créateur.

4. Christe, salus rerum, bone Conditor atque Redemptor Unica progenies ex Deitate Patris
4. Ô Christ, salut du monde, créateur et Rédempteur plein de bonté, Fils unique né de la divinité du Père.

5. Qui genus humanum cernens mersisse profundo Ut hominem eriperes es quoque factus homo
5. Voyant le genre humain sombrer dans l’abîme, pour délivrer l’homme, Vous vous êtes fait homme vous-même.

6. Funeris exsequias pateris vitae auctor et orbis Intras mortis iter dando salutis opem
6. Les tristes chaînes de la loi infernale ont cédé ; Le chaos s’épouvante d’être terrassé par votre visage de lumière.