Dans leur lettre à la planète pour sauver l’environnement, 16.000 scientifiques enterrent le réchauffement climatique

16000 Scientifiques Lettre Planète Sauver Environnement Enterrent Réchauffement Climatique

C’est dans la revue Bioscience que 16.000 scientifiques appartenant à 184 pays ont publié une lettre adressée à toute la planète pour sauver l’environnement. Surprise, sur les neuf indicateurs censés indiquer un danger imminent, le réchauffement climatique apparaît à peine. Un enterrement de première classe.

Qui sont ces 16.000 scientifiques, quels sont leur spécialité et leur niveau d’autorité, quels sont ces 184 pays ? On ne le saura pas. L’essentiel est de faire masse pour impressionner le public. La science nous écrit une lettre. Elle nous dit que l’environnement est en danger, qu’il faut sauver la planète d’urgence. En 1992 déjà, l’ONG « Union of concerned scientists » (ce qu’on peut traduire par l’union des scientifiques préoccupés) avait émis un avertissement des scientifiques du monde à l’humanité. Rien que ça ! 25 ans plus tard, rebelote, voici le deuxième « avertissement », et Thomas Newsom, professeur à l’Université Deakin en Australie, qui a signé cette lettre avec d’autres, nous prévient : « Bientôt, il sera trop tard pour inverser cette tendance dangereuse ». Continuer la lecture de « Dans leur lettre à la planète pour sauver l’environnement, 16.000 scientifiques enterrent le réchauffement climatique »

Sean Parker, ancien de Facebook, avoue que les réseaux sociaux font de la manipulation psychologique

Sean Parker Facebook manipulation psychologique réseaux sociaux

Dans un entretien accordé au site d’information en ligne Axios, le fondateur de Napster et collaborateur de la première heure de Facebook, Sean Parker, a révélé qu’il est désormais une sorte d’« objecteur de conscience » à l’égard des réseaux sociaux. Leur objectif est de hameçonner les cerveaux, et même éventuellement de leur faire du tort, a-t-il avoué avec candeur au journaliste Mike Allen. Facebook en particulier « exploite » la psychologie de l’homme par le biais d’une vraie manipulation qui joue sur la recherche de récompenses psychologiques, a expliqué Parker qui a remarqué en plaisantant que Mark Zuckerberg allait certainement faire bloquer son compte. Continuer la lecture de « Sean Parker, ancien de Facebook, avoue que les réseaux sociaux font de la manipulation psychologique »

La température des océans est à la baisse

température océans baisse

Il s’agit d’un des facteurs les plus importants de régulation de la température globale. Les dernières mesures mensuelles à la surface des mers prises en septembre – les SSTs – font état d’une baisse importante à peu près partout, notamment dans les tropiques, après une remontée temporaire au mois d’août. La température générale est bien en-deçà de ce qu’elle était il y a deux ans.

Le phénomène cyclique de La Niña, associée à un refroidissement anormal, fait son arrivée, tardive certes, dans le Pacifique, et tout semble indiquer que la baisse de température devrait se poursuivre un peu partout au mois d’octobre.

reinformation.tv

Confirmation d’un lien important entre la pilule et la dépression

Les jeunes femmes rejettent la pilule “en masse”, selon le magazine britannique Vogue de novembre.

Une raison en est les effets secondaires de la pilule comme les sautes d’humeur, les ballonnements et le gain de poids.

Les résultats d’une étude menée par l’Université de Copenhague impliquant plus d’un million de femmes sur une période de 13 ans ont confirmé un lien significatif entre les contraceptifs hormonaux et la dépression.

fr.news

“Dans l’indifférence générale, voici venu le temps des humains génétiquement modifiés (HGM)”

CRISPR-Cas9 a permis, ces cinq dernières années de franchir une nouvelle étape dans l’édition de « l’ADN d’une bactérie, d’une plante, d’un insecte, d’un animal ou d’un humain ». Trois chercheurs Alexandra Henrion-Caude [1], Catherine Bourgain [2] et Alain Privat [3] le décrivent comme « une combinaison hybride entre le ciseau, le Tipp-Ex et l’encre […] facile, rapide, efficace et peu coûteuse ».

Cette technique « loin d’être arrivée à maturité » soulève cependant de nombreuses questions : « Modifier tel ou tel gène, c’est modifier le gène ciblé, mais aussi d’autres informations, mal connues ou inconnues. Les conséquences de ces changements sont imprévisibles. Nous ignorons jusqu’au moyen d’en assurer le suivi sur l’individu modifié, ainsi que sur les générations suivantes  » (cf. CRISPR : des mutations « off-targets » nombreuses et inattendues chez l’homme).

Une « inquiétude » latente au sein de la communauté scientifique puisqu’appliquer CRISPR « à des embryons humains issus de parents porteurs de mutation  » reviendrait à « éliminer leurs embryons sains et, paradoxalement, à ne conserver que ceux porteurs de la mutation sur laquelle la technique serait mise au point  ».

En outre, cette inquiétude dépasse la « simple logique des soins » car à « souhaiter des enfants parfaits », « nous jouons en fait le jeu des promoteurs de l’eugénisme  ». Ce « patrimoine le plus partagé entre tous les hommes, le plus ancien, le plus irréductible » est « l’intimité de notre humanité ». « En ce sens, ne devrait-il pas être considéré comme le plus précieux de tous nos patrimoines ? ».

Les trois chercheurs lancent un « SOS à nos consciences » en rappelant que « le désir de connaître la nature du vivant et d’en dévoiler ses secrets  » ne doit pas nous mener à « créer des variétés d’humains sélectionnés  ».

« Certains voient dans ces hommes génétiquement modifiés une évolution vers l’homme du futur. Nous y voyons la mise en place d’un programme d’anéantissement de l’homme dans son altérité, notamment par déni de notre complexité et de notre histoire génétique ».

[1] Généticienne, directrice de recherche à l’Inserm.

[2] Généticienne, chargée de recherche à l’Inserm.

[3] Neurologiste et membre correspondant de l’Académie de médecine.

infocatho.fr