Vatican II. Une histoire à écrire (5/5)

 

La quatrième session (1965) et l’immédiat après-concile

« La Religion catholique détruira la Religion protestante, et, ensuite, les Catholiques deviendront Protestants(Montesquieu). »

Après avoir étudié en détail l’avant-concile et les premières sessions de Vatican II, il nous faut consacrer un long article à la quatrième et dernière session, tenue en 1965, et aux conséquences immédiates du concile dans les années qui suivirent, toujours sous le pontificat de Paul VI. Continuer la lecture de « Vatican II. Une histoire à écrire (5/5) »

 Vatican II. Une histoire à écrire (4/5)

1964 : la troisième session

Les choses avaient déjà bien changé. Pour soutenir le labeur du Consilium, Paul VI ouvrit le 14 septembre 1964 la troisième session du concile Vatican II par une concélébration avec vingt-quatre pères conciliaires – rien que cela ! C’était une belle image de ce qui était ressorti de la première session (1962), puis de la deuxième (1963), que nous connaissons dorénavant dans leurs moindres détails grâce à l’ouvrage de Roberto de Mattei Vatican II. Une histoire à écrire [1]. Continuer la lecture de «  Vatican II. Une histoire à écrire (4/5) »

 Vatican II. Une histoire à écrire (3/5)

 

1963 : la deuxième session

Nous avons suivi avec un grand intérêt le cours des préparatifs du concile Vatican II et le contexte qui présida à sa convocation. Dans un second article, nous avons découvert, non sans surprises, quel fut le dénouement de sa toute première session, dès l’ouverture, en 1962. En nous fiant toujours à notre guide, Vatican II. Une histoire à écrire [1], donnons ensemble un éclairage sur la deuxième session (1963) de la vénérable assemblée. Continuer la lecture de «  Vatican II. Une histoire à écrire (3/5) »

Vatican II. Une histoire à écrire (2/5)

1962 : la première session

Il y a quelques jours, nous avons étudié ensemble – dans les pas du professeur Roberto de Mattei, auteur d’un remarquable ouvrage, Vatican II. Une histoire à écrire [1] – le contexte dans lequel un concile général fut convoqué en plein XXe siècle, plusieurs années après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Très naturellement, nous nous intéresserons aujourd’hui à l’année 1962, celle de l’ouverture de cet événement planétaire et celle de la tenue de sa première session. Dans trois autres articles, nous nous intéresserons respectivement à « 1963 : la deuxième session », « 1964 : la troisième session », puis « La quatrième session (1965) et l’immédiat après-concile ». Continuer la lecture de « Vatican II. Une histoire à écrire (2/5) »

Selon Luther, la «foi» n’avait rien à voir avec la foi telle que l’entendaient les catholiques

Portrait de Martin Luther par Lucas Cranach l'Ancien.

National Catholic Register
Revue du livre: Faith in Luther

FOI EN LUTHER: MARTIN LUTHER ET L’ORIGINE DE LA RELIGION ANTHROPOCENTRIQUE

Par Paul Hacker

Emmaüs Académique, 2017

Martin Luther a publié ses “95 thèses” en 1517, et il a été accusé d’hérésie en 1518. En 1521, après que Luther a refusé de se rétracter, le pape Léon X l’a excommunié.

“La foi seule” ( sola fide ) était parmi les cris de ralliement de Luther. La foi – pas de bonnes œuvres, pas même l’amour – était salvifique. Le principe de Luther est devenu un principe cardinal du protestantisme.

Mais la «foi» selon Luther n’avait rien à voir avec la foi telle que la comprenaient les catholiques (ou même le protestant Luther). Il n’avait pas non plus quelque chose en commun avec la tradition chrétienne reçue, que Luther prétendait restaurer, mais dont il s’était finalement amputé lui-même et son mouvement. Continuer la lecture de « Selon Luther, la «foi» n’avait rien à voir avec la foi telle que l’entendaient les catholiques »

FRANÇOIS ET JUDAS

Il y a quelques jours le pape François recevait un groupe de jeunes Roumains qui l’ont interrogé au sujet de la possible damnation de l’un des leurs, mort en état de péché. Il leur a répondu : « Personne d’entre nous ne peut dire qu’une personne n’est pas allée au Ciel. Nous ne pouvons même pas dire cela de Judas. ». Or, comme je l’expose, entre autres considérations, dans mon ouvrage Judas est-il en Enfer ?, la damnation de Judas a toujours été une vérité de foi jusqu’à la moitié du XXe siècle. Continuer la lecture de « FRANÇOIS ET JUDAS »