Les bons conseils de l’archevêque de Berlin

 Featured Image

  Sur le site internet de l’archevêché de Berlin est apparue une page intitulée « Conseils pratiques pour l’utilisation de méthodes dans le travail pédagogique sexuel avec les groupes de jeunes » (sic).

Naturellement, il est nécessaire d’éliminer les « tabous », les « préjugés », les « stéréotypes », y compris sur l’homosexualité ou la masturbation, tout en cherchant à résoudre la « tension » entre ces comportements, qui relèvent de l’identité de la personne, et la (lamentable) doctrine « officielle » de l’Eglise.

Les Conseils pratiques répondent à la question : « Quand est-il normal d’avoir des relations sexuelles ? »

Et la réponse n’est pas simple…

L’archevêché aborde donc toute une série de scénarios. Continuer la lecture de « Les bons conseils de l’archevêque de Berlin »

Homosexualité et libération

Quelle est la position de l’Église catholique sur l’homosexualité et quelle est son opinion sur le fait que certains pays ont recours à la peine de mort pour punir les homosexuels?

Prenons la question à rebours. Il est évident que l’Eglise catholique condamne avec la plus grande fermeté la peine de mort infligée à des personnes homosexuelles dans certains pays, fussent-ils à majorité chrétienne, et que tout chrétien doit dénoncer ce scandale. D’ailleurs, l’Eglise refuse la peine de mort en général. Le Catéchisme de l’Eglise catholique (CEC) maintient bien cette possibilité d’avoir recours à la peine de mort, mais uniquement en cas de légitime défense, s’il n’y a aucun autre moyen de sauver des vies. Si le coupable est incarcéré et jugé en justice, pratiquement, la peine de mort au sens juridique est inapplicable. Du reste, on ne voit pas en quoi la pratique de l’homosexualité entrerait dans ces cas hypothétiques de légitime défense. Continuer la lecture de « Homosexualité et libération »

Le journal d’une université jésuite soutient les prostituées étudiantes

Un article paru dans le journal étudiant de l’université jésuite de Georgetown, à Washington DC, montre un soutien aux étudiantes de Georgetown qui se prostituent pour de l’argent ou des cadeaux, rapporte la Cardinal Newman Society.

L’article exprime l’espoir que la prostitution sera légalisée pour aider ces étudiants.

Darrel Harb commente sous l’article, “Hé, la plus vieille université catholique d’Amérique, formons une équipe de soutien pour les prostituées trans !”.

fr.news

En Australie, un évêque soutient le « mariage » homosexuel

En Australie a lieu actuellement un référendum par voie postale sur un projet de loi qui veut introduire « le mariage » de personnes de même sexe.

A la suite de l’évêque de Parramatta, Vincent Long, appartenant à l’ordre franciscain, qui s’est prononcé sur ce référendum en émettant des accusations par rapport à l’attitude de l’Église, dans le passé, envers les homosexuels et autres déviants, c’est au tour de Mgr Bill Wright, évêque de Matiland-Newcastle, de s’exprimer sur la question dans l’hebdomadaire diocésain Aurora : Continuer la lecture de « En Australie, un évêque soutient le « mariage » homosexuel »

Les perversions sexuelles de Martin Luther King évoquées dans les documents Kennedy déclassifiés

perversions sexuelles Martin Luther King documents Kennedy déclassifiés

On apprend une foule de choses en consultant les six cents nouveaux documents des archives nationales américaines – sur 2.800 – qui viennent d’être déclassifiées vendredi sur autorisation du président Trump. Sur la sexualité tordue du pasteur baptiste et icône de la cause des Afro-Américains Martin Luther King. Ou sur les motivations communistes de Harvey Lee Oswald, assassin en 1963 du président John Fitzgerald Kennedy qui envisageait d’envahir Cuba. De quoi amender quelques certitudes égalitaristes et tiers-mondistes. Continuer la lecture de « Les perversions sexuelles de Martin Luther King évoquées dans les documents Kennedy déclassifiés »

LES ADOS ET LE PORNO : LE X A UN COUP DE CLIC…

Etude sur la consommation de pornographie chez les adolescents
et son influence sur leurs comportements sexuels

Paris, le 17 mars 2016. Alors que le débat sur l’accès des sites pornographiques aux mineurs a été récemment relancé par la ministre des Familles, Laurence Rossignol, l’Observatoire de la Parentalité & de l’Éducation Numérique (OPEN) a souhaité faire le point sur l’évolution de la consommation de pornographie chez les adolescents et son influence sur leurs comportements sexuels. Réalisée par l’Ifop auprès d’un échantillon représentatif de 1 005 adolescents âgés de 15 à 17 ans, cette enquête permet d’y voir plus clair sur l’évolution et l’ampleur d’un phénomène qui suscite autant de craintes que d’idées reçues. Parmi les nombreux enseignements de cette enquête, on relève notamment les tendances suivantes :

LES CHIFFRES CLÉS

Une forte hausse de la fréquentation des sites pornographiques

La moitié des adolescents âgés de 15 à 17 ans ont déjà surfé sur un site pornographique (51%), soit une proportion en nette hausse (+ 14 points) en 4 ans (37% en septembre 2013). Et si les écarts entre sexe s’estompent, la fréquentation des sites X reste une pratique très genrée au regard du différentiel d’expérience entre garçons (63%) et filles (37%). Continuer la lecture de « LES ADOS ET LE PORNO : LE X A UN COUP DE CLIC… »

“Dans l’indifférence générale, voici venu le temps des humains génétiquement modifiés (HGM)”

CRISPR-Cas9 a permis, ces cinq dernières années de franchir une nouvelle étape dans l’édition de « l’ADN d’une bactérie, d’une plante, d’un insecte, d’un animal ou d’un humain ». Trois chercheurs Alexandra Henrion-Caude [1], Catherine Bourgain [2] et Alain Privat [3] le décrivent comme « une combinaison hybride entre le ciseau, le Tipp-Ex et l’encre […] facile, rapide, efficace et peu coûteuse ».

Cette technique « loin d’être arrivée à maturité » soulève cependant de nombreuses questions : « Modifier tel ou tel gène, c’est modifier le gène ciblé, mais aussi d’autres informations, mal connues ou inconnues. Les conséquences de ces changements sont imprévisibles. Nous ignorons jusqu’au moyen d’en assurer le suivi sur l’individu modifié, ainsi que sur les générations suivantes  » (cf. CRISPR : des mutations « off-targets » nombreuses et inattendues chez l’homme).

Une « inquiétude » latente au sein de la communauté scientifique puisqu’appliquer CRISPR « à des embryons humains issus de parents porteurs de mutation  » reviendrait à « éliminer leurs embryons sains et, paradoxalement, à ne conserver que ceux porteurs de la mutation sur laquelle la technique serait mise au point  ».

En outre, cette inquiétude dépasse la « simple logique des soins » car à « souhaiter des enfants parfaits », « nous jouons en fait le jeu des promoteurs de l’eugénisme  ». Ce « patrimoine le plus partagé entre tous les hommes, le plus ancien, le plus irréductible » est « l’intimité de notre humanité ». « En ce sens, ne devrait-il pas être considéré comme le plus précieux de tous nos patrimoines ? ».

Les trois chercheurs lancent un « SOS à nos consciences » en rappelant que « le désir de connaître la nature du vivant et d’en dévoiler ses secrets  » ne doit pas nous mener à « créer des variétés d’humains sélectionnés  ».

« Certains voient dans ces hommes génétiquement modifiés une évolution vers l’homme du futur. Nous y voyons la mise en place d’un programme d’anéantissement de l’homme dans son altérité, notamment par déni de notre complexité et de notre histoire génétique ».

[1] Généticienne, directrice de recherche à l’Inserm.

[2] Généticienne, chargée de recherche à l’Inserm.

[3] Neurologiste et membre correspondant de l’Académie de médecine.

infocatho.fr

L’archidiocèse de Berlin enseigne l’avortement aux adolescents

La page web katholisches-netzwerk-kinderschutz.de qui fait partie du site officiel de l’archidiocèse de Berlin, écrit que Milena, 15 ans, peut tuer son bébé au cas où elle tomberait enceinte.

La page Web explique également comment Laura, 15 ans, peut se procurer des pilules anti-bébés ou qu’Irina, 15 ans, et Aida, 16 ans, peuvent avoir des relations lesbiennes ou que David, 18 ans, et Alex, 16 ans, peuvent entrer dans une union homosexuelle.

Ces textes scandaleux sont recommandés par l’archevêque de Berlin, Heiner Koch, qui tente de se justifier en disant : “Une église qui essaie de forcer son opinion sur les gens d’aujourd’hui est folle”.

Les catholiques de Berlin affrontent Koch avec une pétition : “L’archidiocèse de Berlin doit cesser de donner aux mineurs des conseils sur la façon d’avorter.”

fr.news

Un évêque demande aux laïcs de ne pas “attendre les bergers”

La doctrine de l’Eglise condamne l’idéologie homosexuelle et de genre et les catholiques doivent être en accord avec ce que l’Eglise enseigne, écrit Mgr Fernando Rifan, qui dirige l’Administration apostolique du Vieux Rite de Campos, Brésil, le 30 setptembre sur son blog.

Selon Rifan, il est temps pour les laïcs d’agir : “N’attendez pas les bergers. Les moutons ont le droit de se défendre contre les loups qui les attaquent.”

Il ajoute : “Parlez, protestez, écrivez, alertez vos enfants et vos amis.” Et “Il est nécessaire que le monde entende la voix du bien et sache qu’il existe encore de bonnes familles et de bonnes personnes courageuses qui ne sont pas d’accord avec l’imposition de ces idéologies. “

fr.news

La nouvelle folie gender : retarder la puberté pour que les enfants aient le temps de comprendre s’ils sont homosexuels

La Grande-Bretagne est à la pointe de la folie gender : une nouvelle spécialité médicale se fait jour, le genderrealignment doctor. Il s’agit de médecins spécialisés dans l’assistance aux enfants entre 4 et 11 ans aux prises avec « une identité sexuelle » encore « indéfinie ». Une crise typique de l’âge pré-adolescence que l’on soignait avant avec le simple bon sens. Mais aujourd’hui dans un Royaume-Uni totalement soumis au sexuellement correct et à l’idéologie de genre, c’est la voie « médicale » qui est privilégiée en bloquant artificiellement l’arrivée de la puberté pour ainsi laisser aux enfants qui n’ont pas encore décidé s’ils seront garçon ou fille « un temps de réflexion supplémentaire ». Continuer la lecture de « La nouvelle folie gender : retarder la puberté pour que les enfants aient le temps de comprendre s’ils sont homosexuels »