Le pape a rejeté le document d’intercommunion allemand. Cela signifie-t-il qu’il rejette l’intercommunion?

La nouvelle a éclaté ce matin que les évêques allemands, qui ont bénéficié d’une faveur et d’une influence sans précédent pendant le pontificat du pape François, ont subi un rejet surprenant de Rome, où la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) a refusé accepter des directives permettant à certains protestants de recevoir la Sainte Communion dans les églises catholiques.

En février, les évêques allemands avaient approuvé un document intitulé «guide d’orientation», qui offrait un chemin de «discernement» aux époux dans les mariages mixtes protestants / catholiques pour recevoir ensemble la Sainte Communion dans une Église catholique. À l’époque, Katholich.de, le site officiel des évêques allemands, a rapporté que Continuer la lecture de « Le pape a rejeté le document d’intercommunion allemand. Cela signifie-t-il qu’il rejette l’intercommunion? »

Vatican II. Une histoire à écrire (5/5)

 

La quatrième session (1965) et l’immédiat après-concile

« La Religion catholique détruira la Religion protestante, et, ensuite, les Catholiques deviendront Protestants(Montesquieu). »

Après avoir étudié en détail l’avant-concile et les premières sessions de Vatican II, il nous faut consacrer un long article à la quatrième et dernière session, tenue en 1965, et aux conséquences immédiates du concile dans les années qui suivirent, toujours sous le pontificat de Paul VI. Continuer la lecture de « Vatican II. Une histoire à écrire (5/5) »

Les joyeux croque-morts de Vatican II

 

Le cardinal Tobin et son équipage le font pendant la grande apostasie

par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima

Une recherche d’images sur Google des Prélats post-conciliaires qui président à l’auto-démolition de l’Église révèle généralement que cet ensemble de malfaiteurs ecclésiaux trouve la situation qu’ils ont créée immensément amusante. Le Pape François lui-même a été cité par son ami le Cardinal Poli comme déclarant : « C’est très amusant d’être Pape ». Et il semble s’amuser énormément :

le pape

Mais qu’y a-t-il de si drôle au sujet du déclin ecclésial catastrophique alors que l’élément humain de l’Église est inexorablement absorbé dans le monde après la désastreuse « ouverture au monde » de Vatican II ? Le Cardinal Tobin (photo ci-dessus), à qui François a donné son chapeau rouge, illustre l’attitude de ce joyeux croque-mort devant l’éclipse de la Foi de nos pères. Dans un article à petit sujet facile du magazine ultra-progressiste America [ revue officielle des Jésuites Américains ], Tobin raconte les efforts pour restaurer l’intégrité doctrinale et liturgique de l’Église qu’il aide à démolir alors même qu’il vit royalement aux dépens des fidèles restants.

« Même depuis les temps anciens » affirme-t-il, « il y a eu des individus et des mouvements qui ont essayé de définir et de délimiter ce que signifie être un Chrétien Catholique. Néanmoins, l’Église universelle a toujours répudié de telles tentatives. Seul le Seigneur juge qui y appartient ou n’y appartient pas ».

Ce sont des âneries Modernistes pures. Ce ne sont pas des « individus et des mouvements » mais plutôt le Magistère de l’Église, à travers des Conciles Oecuméniques et des Décrets Papaux solennels, qui a constamment défini et délimité ce que signifie être Catholique. C’est l’Église qui a anathématisé — exclu de la communion ecclésiale — ceux qui nieraient les articles de la Foi, tout en étant toujours prêts à recevoir à nouveau dans sa communion le pécheur contrit et repentant à la manière du Fils Prodigue. Et ce que le Seigneur « juge finalement » est précisément la correspondance d’une âme avec les Vérités mêmes qu’Il a Lui-Même déclarées nécessaires au salut et dont Il a chargé Son Église de préserver et de transmettre dans leur pureté originelle jusqu’à la fin des temps.

Mais pas selon le Cardinal Tobin. Il se moque de l’idée même de « sauvegarder le trésor de la Tradition Chrétienne dans sa forme la plus pure contre l’intrusion corrosive d’une société corrompue » déclarant que « l’Église n’a pas d’autre choix que de se tourner vers l’extérieur ». Des paroles hypocrites Progressistes typiques témoignant de la mentalité même qui a provoqué un exode de l’Arche du Salut d’anciens Catholiques qui, grâce à des pseudo-sophismes théologiques comme Tobin, ne sont plus informés de la nécessité de rester à bord. Pendant ce temps, comme le note l’America, Tobin a « accueilli un groupe de Catholiques homosexuels et lesbiens en pèlerinage à la Cathédrale de Newark » tout en observant de manière inquiétante que « l’Église avance sur la question des couples de même sexe ».

Tobin attaque l’Église dont il est censé être un Prince et un Défenseur jusqu’à la mort, l’accusant d’être « quelque peu marginalisée par plusieurs pour ce qu’ils considèrent comme une préoccupation en ce qui concerne l’éthique sexuelle ». Mais continue-t-il, grâce à Amoris Laetitia (AL ), il y a eu un « changement de paradigme » qui, avec le Concile Vatican II, est « l’un des nombreux changements de paradigmes » que l’Église a soi-disant entrepris.

Encore plus de bêtises. L’enseignement constant et les traditions ininterrompues de l’Église sont une pierre de stabilité dans un monde de confusion. Le roc que Christ a fondé sur Pierre ne peut pas être « déplacé » par les bromures Progressistes des Prélats Hogarthiens [ William Hogarth, 1697-1764, est un peintre, graveur et philanthrope anglais ], ni par les simples opinions de l’occupant actuel de l’Office Pétrinien, qui n’a aucun pouvoir pour modifier ce qui lui a été confié à sa sauvegarde.

« Comme pour tous les changements de paradigmes » nous assure Tobin, « Amoris Laetitia a provoqué la controverse ». À la fois, Amoris Laetitia et « l’esprit » du Concile ( ainsi que certains éléments de ses textes ) représentent en effet bien la tentative de changement de paradigme — loin de la préservation de la Doctrine bimillénaire et de la discipline de l’Église pour le salut des âmes et vers une attaque à la fois contre la Doctrine et la discipline, ce que l’Église n’a jamais vu auparavant, pas même pendant la Crise Arienne.

Et pourtant, les joyeux croque-morts de Vatican II continuent à prendre du vin, à bien manger et à s’esclaffer en chemin vers ce qu’ils imaginent être les funérailles de la vieille mauvaise « Église pré-Vatican II ». À la fin, cependant, ils seront les seuls qui seront enterrés avec toutes leurs notions prétentieuses.

Un athée dont François est “sûr” qu’il est au paradis

En visitant la paroisse de Corviale le 15 avril, le pape françois a rencontré un garçon du nom d’Emanuele qui lui a demandé : “Mon père est mort, il était super, il était athée mais il a fait baptiser ses enfants. Est-ce que mon père est au paradis ?”

François a répondu par une question rhétorique : “Dieu, qui a le cœur d’un père, pourrait-il abandonner un père non-croyant dont les enfants ont été baptisés ?”

Et :”Dieu a le coeur d’un père, ton père était un homme bon, il est au paradis avec lui, j’en suis sûr.”

Selon Marc 16:16 “quiconque ne croit pas sera condamné.”

fr.news

Gaudete et Exsultate est “très, très troublant”

L’exhortation apostolique de François Gaudete et Exsultate est une défense masquée d’Amoris Laetitia selon le père new-yorkais Gerald Murray.

Ce dernier a remarqué le 12 avril sur EWTN que dans Gaudete et Insultate François s’en prend aux personnes qui ne sont pas d’accord avec lui.

Par conséquent, l’exhortation est également connue sous le nom de Gaudete et Insultate. Pour Murray, c’est “très, très troublant”.

Il souligne qu’il n’est pas catholique de clamer l’obéissance aux Dix Commandements comme un défaut et que quelqu’un qui suit l’enseignement du Christ ne vit pas dans un “musée” comme le suggère François :

“Il n’est pas rare, contrairement aux incitations de l’Esprit, que la vie de l’Église devienne une pièce de musée ou la possession d’un petit nombre. Cela peut se produire lorsque certains groupes de chrétiens accordent une importance excessive à certaines règles, coutumes ou manières d’agir.” (Gaudete et Exultate 58)

fr.news

“Points de rupture” du Concile Vatican II avec la Tradition de l’Eglise – Synopsis

Il est devenu inévitable que, dans nos tentatives de comprendre la crise actuelle dans l’Église, nous devions revenir sur les événements qui l’ont précipitée. Il n’y a peut-être pas de sujet plus débattu à cet égard que la question de savoir si le Concile Vatican II a été injustement entaché par une mauvaise mise en œuvre et interprétation – le soi-disant Esprit de Vatican II mal défini et souvent imprudent – ou était en soi problématique. et donc formatrice en nous amenant au présent moment ecclésiastique. Ce qui est incontestable, cependant, c’est que le conseil a, d’une manière ou d’une autre, joué un rôle central dans la digression du catholicisme contemporain des traditions anciennes – liturgiques, sacramentelles et doctrinales – de l’Église pérenne. Continuer la lecture de « “Points de rupture” du Concile Vatican II avec la Tradition de l’Eglise – Synopsis »

Zone franche

Le site “traditionaliste” <Riscossa Cristiana> inaugure cette rubrique (une suite est annoncée, que nous attendons avec impatience) avec une interview passionnante et d’une impressionnante lucidité d’Aldo Maria Valli sur le Pontificat actuel
Je ne suis pas de ceux qui ont dénoncé dès le début les contradictions et les ambiguïtés de ce pontificat. Et même, au début, j’ai voulu faire confiance à François. Les perplexités ont fait leur chemin petit à petit et ont explosé après “Amoris laetitia”. D’autres observateurs ont tout compris dès le début. Quant au style, chacun a le sien. Moi, par exemple, je ne réussis pas à être agressif. Je préfère utiliser l’ironie. Ce qui est important, c’est que nous, les soi-disant “adversaires” de ce pontificat”, bien que nous avancions individuellement et sans nous consulter les uns les autres, nous arrivons tous aux mêmes conclusions. Cela signifie que les problèmes sont objectifs. Continuer la lecture de « Zone franche »

La Papauté de Zénon et l’Axiome de Sherlock Holmes

Pape Francis 480158

La papauté de Zénon: Francis coupe des tranches de réalité de plus en plus fines en réduisant chaque jour la distance entre lui-même et une déclaration formelle d’hérésie.

L’ancien philosophe mathématique grec Zénon d’Elée (vers 450 av. J.-C.) proposa une sorte d’expérience de pensée dans laquelle, pour compléter une distance de, disons, cent mètres, un coureur devait d’abord diviser la moitié de la distance entre lui-même et la ligne d’arrivée. Mais pour arriver à cette marque de cinquante mètres, il devrait d’abord atteindre la moitié de cette distance, ce qui exigerait à son tour qu’il divise par deux ces 25 mètres, et pour arriver à cette marque, il faudrait réduire cette distance de moitié … Pour aller d’ici à là, il faut diviser la différence encore et encore, ce qui signifie qu’il faudrait traverser une régression infinie de distances de plus en plus petites pour atteindre la ligne d’arrivée. Continuer la lecture de « La Papauté de Zénon et l’Axiome de Sherlock Holmes »

Cardinal Zen : le Vatican est sur le point de trahir les catholiques chinois

Le cardinal Joseph Zen a déclaré que le secrétaire d’Etat du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, voulait trahir l’Eglise catholique en Chine.

L’Église est forcée à la clandestinité dans ce pays tandis que le Vatican conclut un marché avec les communistes chinois qui persécutent l’Église depuis des décennies.

Zen a exprimé ses critiques le 7 avril à Bonn, en Allemagne, en recevant le “Prix Stephanus pour les chrétiens persécutés”, écrit Mathias von Gersdorff sur onepeterfive.com.

fr.news

Le document pré-synodal pour le synode sur les jeunes à Rome en octobre 2018 : l’adaptation de l’Eglise au monde ?

synode jeunes Rome 2018 adaptation Eglise monde document pre synodal

L’opération « synode des évêques » sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » qui doit se tenir en octobre 2018 à Rome a franchi une étape avec la publication, fin mars, du document pré-synodal rédigé par des jeunes pour dessiner les contours des discussions et informer les évêques des attentes des jeunes. Opération de démocratie dans l’Eglise ? Pas tout à fait, il s’agit plutôt de refléter l’état de la jeunesse, s’il faut en croire les organisateurs du synode. Mais l’affaire s’est déroulée de manière à obtenir une certaine image. Si dans l’ensemble, le document pré-synodal propose une adaptation de l’Eglise au monde, c’est en raison même de la structure des consultations qui l’ont précédé : structure établie précisément par les responsables ecclésiastiques du synode. Continuer la lecture de « Le document pré-synodal pour le synode sur les jeunes à Rome en octobre 2018 : l’adaptation de l’Eglise au monde ? »