Le Cardinal Marx encourage le débat Viri Probati

Un prêtre prédit que le Pape permettra les prêtres mariés

 

Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five

Au cours de la dernière semaine, le Cardinal Allemand Reinhard Marx a de nouveau alimenté la discussion sur la possibilité d’ordonner au sacerdoce ceux qui sont appelés « viri probati », c’est-à-dire des hommes mariés qui mènent une vie vertueuse. Plusieurs rapports publiés en Allemagne relatent ce que le Cardinal Marx lui-même vient de dire lors de l’Assemblée du Comité régional des Catholiques Bavarois (Landeskomitee der Katholiken in Bayern), qui est une assemblée des Conseils diocésains des diocèses Bavarois ainsi que quelques autres organisations et institutions avec approbation ecclésiale. Continuer la lecture de « Le Cardinal Marx encourage le débat Viri Probati »

Cardinal Müller : l’unité de l’Eglise serait menacée de destruction si les conférences épiscopales avaient le dernier mot sur les traductions des textes liturgiques

Cardinal Müller Eglise destruction conférences épiscopales dernier mot textes liturgiques

L’ancien préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi a exprimé ses réserves sur la récente réforme liturgique du pape François dans un entretien avec Passauer Neue Presse.

Le cardinal était interrogé sur le Motu proprio Magnum Principium qui donne cette autorité aux épiscopales locaux en affirmant : « L’autorité la plus élevée en cas de doute ne peut pas revenir aux conférences épiscopales, qui détruiraient l’unité de l’Eglise catholique en matière de foi, de confession et de prière. »

Le cardinal Sarah, préfet de la congrégation pour le culte divin, avait fait des déclarations similaires le mois dernier, pour se voir recadrer par le pape François.

Le cardinal Müller a précisé qu’il a souvent constaté que « les traductions utilisées par les évêques ont édulcoré les textes bibliques au prétexte d’une meilleure compréhension. »

reinformation.tv

En Californie

  

L’archidiocèse de San Francisco a pris des dispositionspour « conseiller » un diacre ouvertement « gay » et réglementer ses activités « publiques ». Il y a longtemps que ce diacre est ouvertement homosexualiste, par ses articles dans le magazine LGBT local qui est aussi le plus ancien et le plus connu des Etats-Unis (Bay Area Reporter), par sa participation à la gay pride, et par son activité pastorale. Ainsi, en mai dernier, était-il l’animateur d’un « atelier » intitulé « Les dons des LGBTQ pour l’Eglise institutionnelle », au « Centre de vie spirituelle ignacienne » de la paroisse Sainte-Agnès de Haight-Ashbury. Dernière phrase de sa présentation : « Il est fier d’être un catholique gay et ne voit pas de contradictions dans cette identité, seulement des opportunités pour que le Saint-Esprit l’aide à devenir une personne plus aimante, plus compatissante, et plus sainte. » L’archidiocèse a donc décidé que toutes ses activités publiques devaient désormais être soumises à autorisation. Mais pour ses articles dans Bay Area Reporter, on ne peut rien, parce qu’il ne les signe pas en tant que diacre de l’Eglise catholique…

L’école San Dominico de San Anselmo n’est plus catholique. Ainsi en ont décidé les… religieuses qui l’administrent, les Sœurs Dominicaines de Saint Raphaël. Elles avaient déjà défrayé la chronique l’été dernier en retirant la majorité des statues ornant le campus, au motif que c’était « perturbant » pour les personnes d’autres religions que de tomber sur une statue de saint François ou saint Dominique en arrivant à l’école. Désormais, l’école n’est plus catholique et ne dépend donc plus de l’archidiocèse, et elle va pouvoir plus que jamais délivrer un enseignement « inclusif ». Voici ces religieuses, qui se disent toujours dominicaines… (A priori on a l’impression d’autre chose… et c’est la bonne nouvelle…)

Saint François a-t-il prédit le Pape François ?

 


par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Les Traditionalistes sont souvent tournés en dérision par les commentateurs néo-Catholiques pour s’appuyer sur des citations supposément apocryphes [ définition : se dit d’un texte qui n’est pas authentique ] de Papes ou de Saints portant sur la crise ecclésiale actuelle. Mais ces critiques ne démontrent jamais que les citations souvent citées sont apocryphes ; ils affirment simplement qu’elles doivent l’être, car elles semblent trop belles pour être vraies. Cela se fait souvent dans des boîtes de commentaires ou dans des réponses aux questions en ligne sur les sites néo-Catholiques, où le commentateur néo-Catholique professe qu’il ne peut trouver aucune source pour une citation donnée — ce qui signifie qu’il n’a pas pris la peine de faire des recherches sérieuses au-delà de ses recherches Google. Continuer la lecture de « Saint François a-t-il prédit le Pape François ? »

Il parle des « dubia » un an après leur publication

Amoris laetitia : le Cardinal Burke en appelle au Magistère de Pierre
Cardinal Burke

Sommaire

En souhaitant honorer deux Cardinaux récemment décédés, le Cardinal Américain présente un dernier plaidoyer au Saint-Père pour obtenir de la clarté, affirmant que la « grave » situation s’aggrave continuellement et qu’il est « urgent » que le Pape « confirme ses frères dans la Foi » ».


Mise en contexte

Un an jour pour jour depuis que les dubia ont été rendus publics, le Cardinal Raymond Burke a fait un plaidoyer final au Saint-Père pour clarifier les principaux aspects de son enseignement moral en parlant de la gravité de la situation qui « s’aggrave sans cesse ».

Dans une interview le 14 novembre avec le National Catholic Register, le Cardinal Burke dit qu’il se tournait à nouveau vers « le Saint-Père et à toute l’Église » pour souligner « combien il est urgent que, dans l’exercice du ministère, il a reçu du Seigneur, le Pape devrait confirmer ses frères dans la Foi avec une expression claire de l’enseignement concernant à la fois la morale Chrétienne et le sens de la pratique sacramentelle de l’Église ».

Le 19 septembre l’année dernière, le Cardinal Burke ainsi que le Cardinaux Walter Brandmüller, et les Cardinaux Joachim Meisner et Carlo Caffarra, ces deux derniers étant récemment décédés ont signé les dubiaau Pape. Ils ont rendu cette initiative publique le 14 novembre 2016, quand il est devenu clair que le Saint-Père ne répondrait pas.

Destiné à clarifier les passages contestés du Chapitre 8 de son Exhortation Apostolique post-synodale Amoris Laetitia , les cinq questions appelées dubia — une pratique ancienne et coutumière visant à clarifier les domaines de la Doctrine — a cherché à déterminer, entre autres, si l’enseignement précédent de l’Église interdisant les divorcés et « remariés » civilement ayant des relations sexuelles de recevoir les Sacrements sont restés en vigueur .

Depuis qu’Amoris Laetitia a été publié en avril 2016, des Conférences Épiscopales, tirant des conclusions à partir de cette Exhortation, ont dit que certaines personnes divorcées remariées civilement peuvent maintenant recevoir les Sacrements en fonction de leur situation personnelle tandis que d’autres Conférences Épiscopales, en appuyant leur position sur l’enseignement pérenne de l’Église, disent que ces personnes divorcées remariées ne le peuvent pas.

« Le souci était et est de déterminer précisément ce que le Pape voulait enseigner en tant que Successeur de Pierre » a déclaré le Cardinal Burke.

« Loin de diminuer l’importance de nos questions », la situation actuelle les rend « encore plus pressantes » a-t-il ajouté.

Il a également précisé dans cette nouvelle entrevue qu’il a l’intention d’honorer les deux défunts Cardinaux en soulignant la position des signataires dubia et en donnant un résumé de la situation.

 

Par : Edward Pentin

SOURCE : National Catholic Register 

L’interview

Votre Eminence, à quel stade sommes-nous depuis que vous, le Cardinal Walter Brandmüller, et les deux Cardinaux récemment décédés, Carlo Caffarra et Joachim Meisner, avez rendu les dubia publics il y a un an cette semaine ? Continuer la lecture de « Il parle des « dubia » un an après leur publication »

Les évêques allemands reconnaissent le « troisième » sexe

La Conférence épiscopale allemande se soumet à la dictature de la gaystapo ! Après que la Cour constitutionnelle allemande, la plus haute juridiction du pays, a pris mercredi dernier, 8 novembre, la décision d’inviter le législateur à formaliser l’existence d’un « troisième » sexe ou « sexe neutre » sur les actes de naissance pour ceux qui ne se reconnaissent ni « homme » ni « femme », les évêques d’outre-Rhin se sont empressés de lui donner raison en estimant ce verdict « compréhensible ». Continuer la lecture de « Les évêques allemands reconnaissent le « troisième » sexe »

Le cardinal Sarah refuse de jouer dans le bac à sable de François

Le cardinal Robert Sarah n’a pas retiré sa déclaration selon laquelle le Vatican a la responsabilité finale des traductions liturgiques bien que le Pape François lui ait demandé de le faire en l’humiliant en public.

Tout a commencé le 3 septembre avec le Motu Proprio Magnum Principium dans lequel François applique sa stratégie de confusion afin de transférer la responsabilité des traductions liturgiques aux évêques locaux sans le dire. Sarah a rectifié cette confusion le 1er octobre avec une déclaration dans L’Homme Nouveau.

François voulait que Sarah envoie un rectificatif à L’Homme Nouveau, à toutes les conférences épiscopales, et aux membres et aux consulteurs de sa congrégation. Il semble que Sarah ait décidé de ne pas jouer dans le bac à sable de François. Jusqu’à présent L’Homme Nouveau n’a reçu aucune déclaration du cardinal.

fr.news

Le cardinal Zen appelle douloureusement le Saint-Siège à ne pas « vendre » à Pékin l’église fidèle de Chine

cardinal Zen Saint Siège vendre Pékin église Chine

L’évêque émérite de Hong Kong a lancé son cri d’alarme pendant l’homélie de la messe de suffrage pour le père Pietro Wei Heping, prêtre de l’Eglise clandestine, fidèle à Rome, trouvé mort en novembre 2015 dans des circonstances mystérieuses sur lesquelles les autorités de la Chine communiste ne veulent donner aucun détail, se contentant d’attribuer son décès à un bien improbable « suicide ».

Le cardinal Joseph Zen, précisant que le Saint-Siège ne doit pas être confondu avec le pape, a observé que l’institution se taisait sur la tragédie des persécutions en Chine depuis l’ouverture du dialogue entre Pékin et le Vatican.

« Le dialogue est important et nécessaire. Mais de toute façon [le Saint-Siège] est trop optimiste par rapport au régime communiste. Il se fie à la diplomatie plutôt qu’à la foi. Pour obtenir un accord, le Saint-Siège renonce à toute ligne de partage… Continuellement, le Saint-Siège choisit la compromission et pour finir il se vend lui-même pour aplanir les difficultés. Mais ce n’est pas cela que Dieu attend de l’Eglise et cela n’est en rien fidèle à la mission que Jésus a confiée aux apôtres. »

reinformation.tv

Dites NON au faux œcuménisme

Seat_of_wisdom_4L’archidiocèse d’Ottawa planifie une cérémonie de « Prière commune à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme» le samedi, 25 novembre à 12h à la cathédrale Notre-Dame. La rencontre s’inspirera du guide liturgique Prière commune du groupe de travail liturgique de la Commission luthéro-catholique pour l’Unité.

Cette « liturgie » n’est qu’une éloge de la réforme protestante et de Luther, tandis que la doctrine Catholique et ses saints sont passés sous silence. L’emphase est mise sur ce qui unit, mais les doctrines qui nous séparent sont escamotées, doctrines que tant de martyrs catholiques ont défendu avec leurs vies.

Les catholiques canadiens, mais aussi les autres, sont invités à signer une pétition contre ce faux oecuménisme sur CitizenGo.

La stratégie des petits pas

Comment François nous offre une nouvelle déclinaison de la parabole de la grenouille bouillie… (16/11/2017)

Si Jorge Mario Bergoglio est indiscutablement un innovateur, il l’est bien davantage en matière de méthode qu’en matière de résultats.
Il a toujours introduit les nouveautés à petites doses, en catimini, parfois dans une note de bas de page allusive, comme dans le cas de la désormais célèbre note 351 de l’exhortation post-synodale Amoris laetitia, quitte à déclarer ensuite avec candeur, quand on l’interpelle sur le sujet au cours de l’une de ses tout aussi célèbres conférences de presse aériennes, ne même plus se souvenir de cette note.
L’important pour lui c’est de « jeter la graine pour que la force se déchaîne », et de « mélanger le levain pour que la force fasse grandir », selon les termes qu’il a lui-même utilisés dans une homélie à Sainte-Marthe il y a quelques jours. Continuer la lecture de « La stratégie des petits pas »