La pornographie endommage le cerveau comme une addiction aux stupéfiants


« Il existe une relation négative entre le temps passé à regarder de la pornographie et la quantité de matière grise présente dans une zone du cerveau liée à l’apprentissage et à la mémoire » : ce résultat d’une étude menée par l’Institut Max Planck pour le Développement humain, à Berlin, en 2014 fait partie des faits rapportés par le site hispanophone Infocatolica cataloguant les multiples effets néfastes d’une addiction semblable à la consommation de stupéfiants. A l’heure où 41,7 % des internautes espagnols consultent des pages de pornographie – selon des données relevées en 2014 également – cette réalité effarante laisse imaginer l’étendue des dommages.

Dommages d’autant plus graves qu’ils affectent les plus jeunes. Facilement accessible en ligne, la pornographie est loin d’être réservée aux 18 ans et plus et multiplie les dégâts de toutes sortes, si bien qu’on a pu le qualifier en Espagne de « crack de l’addiction au sexe ».  Continuer la lecture de « La pornographie endommage le cerveau comme une addiction aux stupéfiants »

LE CARDINAL MÜLLER CRITIQUE LES HYPOCRITES ET LES FLATTEURS QUI TOURNENT AUTOUR DU PAPE


Dans un entretien accordé hier a Die Welt, le Cardinal Müller a évoqué son récent licenciement de son poste de Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

« C’est dommage qu’il n’y ait plus d’allemands aux postes-clés de la Curie. C’est aussi ce que pense le Pape émérite Benoît : lui aussi est déçu que mon contrat n’ait pas été renouvelé. »

Au cours de cet entretien, le cardinal Müller explique que cette charge lui convenait parfaitement, que « certains milieux » prétendaient qu’il y avait des tensions entre le pape et lui mais que « le Pape m’avait toujours assuré qu’il ne croyait pas à ces rumeurs et qu’il avait totale confiance en moi » explique le cardinal allemand. Selon Die Welt, il ne connait pas toujours les « raisons exactes » de son limogeage. Continuer la lecture de « LE CARDINAL MÜLLER CRITIQUE LES HYPOCRITES ET LES FLATTEURS QUI TOURNENT AUTOUR DU PAPE »

La tour des crânes


María Elvira Roca Barea

La première description de la tour des crânes de Tenochtitlan est faite en 1521 par Andrés de Tapia (v.1498 -1561) qui accompagnait Hernán Cortés et les Totonaques, Tlaxcaltèques et autres tribus à l’assaut de la ville. Puis elle sera reprise par Bernal Díaz del Castillo(v.1495-1581) et par Francisco López de Gómara (v.1511 –1566).
Elle sera ensuite niée des milliers de fois, et avec elle ce système de sacrifices humains des Aztèques, parce que l’empire aztèque devait appartenir à l’éden indigène que les Espagnols barbares avaient détruit quand ils ont rasé l’Amérique. En conséquence, ces descriptions de la terreur aztèque ne pouvaient être que mensonges pour justifier la conquête du Mexique. Les Mexicains eux-mêmes racontent que leur histoire commence avec la fondation du dieu Quetzalcóatl, [alias Serpent à plumes] pour se voir interrompue avec l’arrivée destructrice des Espagnols, puis s’est poursuivie par sa voie naturelle après l’indépendance. Continuer la lecture de « La tour des crânes »

LE RETOUR DE L’ARRIÈRE-GARDE DES ANNÉES ’70


Christine de Marcellus Vollmer a été membre du Conseil Pontifical de la Famille (1990 – 2016) et de l’Académie Pontificale pour la Vie (1994 – 2016). Elle a également fait partie de la délégation du Saint-Siège à l’ONU (1990 – 1995).

Elle fait partie des membres évincés par Mgr Paglia, le prélat controversé que le pape François a nommé à la tête de l’Académie pour la vie. Pour rappel, l’archevêque Paglia est l’auteur d’une fresque homoérotique dans la cathédrale de son diocèse de Terni qu’il a quitté en laissant un trou de 25 millions d’euros dans les caisses avant d’être promu par le pape au Vatican, il fait actuellement l’objet d’une enquête pour malversation financière. Il a également mis en place un « Programme d’Éducation Sexuelle » en cinq langues, qui contredit d’importants principes de l’enseignement de l’Église en matière sexuelle. Continuer la lecture de « LE RETOUR DE L’ARRIÈRE-GARDE DES ANNÉES ’70 »

Et si le pape François avait lui-même des « Dubia » sur « Amoris laetitia » ?


On en apprend un peu plus sur la conférence donnée par le cardinal Schönborn en Irlande lors de la réunion de préparation de la prochaine Rencontre mondiale des familles qui se déroulera à Dublin en 2018. Selon Austen Ivereigh, un inconditionnel du pape François, celui-ci aurait demandé à Schönborn si celui-ci jugeait l’exhortation post-synodale Amoris laetitia « orthodoxe ». Comme si le pape lui-même avait des doutes, à la manière des « Dubia » des quatre cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra et feu Joachim Meisner… Mais le pape, à la différence de Schönborn, n’a jamais répondu à leurs questions.

Selon Austen Ivereigh, c’est donc Christoph Schönborn lui-même qui a révélé son échange avec le Saint-Père :

« Schönborn a révéle que lorsqu’il a rencontré le pape peu après la présentation d’Amoris, François l’a remercié, et lui a demandé si le document était orthodoxe.

« « J’ai dit : ‘Saint-Père, il est pleinement orthodoxe’, » voilà les propos que Schönborn nous a affirmé avoir tenus en répondant au pape, ajoutant que quelques jours plu Continuer la lecture de « Et si le pape François avait lui-même des « Dubia » sur « Amoris laetitia » ? »

Quand les vagues déferlent sur la barque de Pierre


Les fidèles de l’Église qui ont vécu attentivement et avec enthousiasme les papautés de Paul VI, St. Jean-Paul II et Benoît XVI sont dans l’angoisse. Soudain, avec bien des jolis discours, la clarté de l’enseignement catholique semble troublée. Que se passe-t-il ? Que faire pour nous tenir sans peur attachés à la lumière ?

Lucidité et vérité qui avaient marqué la seconde moitié du XXe siècle par l’enseignement de ces grands Pontifes, touchant des millions d’hommes Catholiques ou non, suscitaient amour et respect envers l’Église catholique de Rome qui avait eu tendance à somnoler après la seconde guerre mondiale puis était remise brutalement en question dans les années 1960 et 1970.
Une grande révolte s’emparait de la culture occidentale. La Doctrine était rejetée, la famille, bouleversée, la tradition, renversée, au lieu de refléter la sagesse lentement accumulée au fil des siècles, ridiculisée au point que la morale devenait « intolérance », « fanatisme », et que la maîtrise de soi perdait tout sens. Continuer la lecture de « Quand les vagues déferlent sur la barque de Pierre »

Pierre Hillard : « L’esprit de la Révolution est une espérance messianique judaïque »


Vous avez sorti un nouvel ouvrage (Atlas du mondialisme aux éditions le Retour aux Sources). Quel était votre objectif principal avec ce livre ? Et quels ont été vos axes de travail ?

PH : Mon objectif était de présenter avec ce livre les différents morceaux du puzzle constituant le mondialisme. Plus précisément, je me suis employé à étudier ses référents religieux et philosophiques afin de comprendre les répercussions matérielles (politiques). Par exemple, pourquoi les provinces de l’Ancien Régime ont été supprimées au profit d’entités administratives artificielles comme les départements à l’origine dessinés en carré. Phénomène que l’on retrouve avec les Gauen de l’Allemagne nazie, les Vilayet de l’Empire ottoman et les 10 entités régionales lancées par le président Nixon en 1972. Le fond de l’histoire est que le mondialisme est un messianisme se traduisant dans les domaines temporels et spirituels par des actions diverses identifiables. Pour cela, il s’avère nécessaire d’étudier en profondeur le judaïsme et son opposé le catholicisme. Continuer la lecture de « Pierre Hillard : « L’esprit de la Révolution est une espérance messianique judaïque » »

LA DERNIÈRE HISTOIRE DE SANTA MARTA


Un groupe de jeunes prêtres d’un même diocèse, qui viennent d’être ordonnés, ont fait ensemble un pèlerinage à Rome. Ce ne sont pas des traditionalistes, mais des jeunes prêtres d’aujourd’hui, chemise blanche à petit col, classiques, pieux, normaux, très heureux du don du Christ qu’ils viennent de recevoir. Ils ont tout naturellement demandé et obtenu de déjeuner à Santa Marta et d’être présentés au pape, et aussi de concélébrer avec lui la messe du lendemain.

Ils arrivent donc à Santa Marta, à l’heure convenue et se mettent à la place qu’on leur indique. Un secrétaire les signale au pape qui arrive vers eux. Le pape : « D’où êtes-vous ? » Eux, tout fiers : « Du diocèse de X ». Lui, avec la mine des mauvais jours : « Ah, à X, il y a encore beaucoup de prêtres. Ça veut dire qu’il y là un problème, un problème de discernement ». Et le pape poursuit son chemin.

Les jeunes prêtres atterrés se regardent entre eux, se consultent, et sortent sans manger. Et le lendemain, ils se sont dispensés de la concélébration de Santa Marta.

Source – benoit-et-moi.fr

LA BARQUE DE L’EGLISE EST SUR LE POINT DE CHAVIRER. PAROLE DE BENOÎT XVI


Que pense Benoît XVI? Que dit Benoît XVI? Est-il d’accord avec Bergoglio, ou pas? Que pense-t-il des Dubia des quatre cardinaux?
A toutes ces questions, jusqu’à présent, on pouvait répondre de manière vague.
Quelques-uns, partisans du nouveau cours, soulignaient la correction témoignée par Benoît XVI envers son successeur: jamais une critique, car il est d’accord!
D’autres, critiques de nombreux choix de François, notaient plusieurs faits plutôt significatifs dans le sens opposé, comme les préfaces de Benoît XVI aux livres du cardinal Robert Sarah, pas vraiment sur la même ligne liturgique et doctrinale que François.

Et pour les Dubia? Que Benoît XVI soit d’accord avec les quatre cardinaux, beaucoup de choses donneraient à le penser: son magistère passé; sa profonde amitié avec eux – dont deux sont Allemands comme lui -; les déclarations de son secrétaire Georg Gänswein, qui, dans un discours, avait publiquement déclaré, se référant à Amoris Laetitia, qu’on ne change pas la doctrine avec une note, tandis que dans une autre occasion, il communiquait que Benoît XVI suivait de près le débat sur les Dubia (une expression qui semble indiquer qu’il les considère au moins comme intéressants, certes pas sans fondement).
Aujourd’hui, après le message de Benoît écrit pour commémorer la mort de son ami, le cardinal Joachim Meisner, il est difficile de faire semblant de ne pas comprendre. Continuer la lecture de « LA BARQUE DE L’EGLISE EST SUR LE POINT DE CHAVIRER. PAROLE DE BENOÎT XVI »

Pape contre pape ? Polémique autour du message du « pape émérite » à l’occasion des funérailles du cardinal Joachim Meisner


La polémique flambe au sein des milieux vaticanistes : y aurait-il un pape émérite contre un pape régnant ? L’hommage de Benoît XVI à son ami décédé récemment, le cardinal allemand Joachim Meisner, lu lors des funérailles de ce dernier par Monsignor Georg Gänsweinn, préfet de la Maison Pontificale et secrétaire particulier du pape émérite, en est la cause. Certains ont vu dans ce message une attaque déguisée envers Jorge Maria Bergoglio… Tout le monde nie au Vatican…

Mais pourtant un des passages du texte de Benoît XVI dans lequel il rappelait la figure du cardinal, un des quatre cardinaux des dubia envoyés au pape François au sujet d’Amoris Laetitia, a embrasé la discussion :

« Cependant, cela m’a d’autant plus ému qu’au cours de cette dernière époque de sa vie, il a pris de la distance et à appris à vivre toujours plus dans la certitude profonde que le Seigneur n’abandonne pas son Église, même lorsque parfois le navire a tant pris l’eau qu’il est sur le point de chavirer. »

Une image dramatique d’une Église en crise, que certains ont vu comme une critique du pontificat de François.

« Stupidité » commente Monsignor Georg Gänswein à Il Giornale.

« Le pape émérite a été volontairement instrumentalisé. Avec cette phrase il ne faisait allusion à rien de précis, il parlait de la situation de l’Église d’aujourd’hui comme du passé avec une barque qui ne navigue pas dans des eaux tranquilles. François dit la même chose. »

« Le pape émérite connaissait depuis des décennies Meisner ; quand le cardinal Woelki a demandé à Benoît XVI de bien vouloir adresser quelques paroles en l’honneur du cardinal disparu, le pape émérite a répondu qu’il le ferait volontiers et il m’a demandé de lire le message. »

Certains s’interrogent cependant sur l’auteur du message.

« Il existe un proto-Ratzinger, un deutero-Ratzinger et maintenant aussi un pseudo-Ratzinger qui fait des allusions négatives sur le pape régnant »

a twitté un célèbre historien italien, Alberto Melloni. Un autre historien du christianisme, Massimo Faggioli, a émis le même doute :

«Ce serait bien de savoir qui a écrit le message de Joseph Ratzinger aux funérailles du cardinal Meisner. »

Pour mettre fin à ces soupçons, Monsignor Georg Gänswein, le plus étroit collaborateur de Benoît XVI, répond :

« Le pape émérite a écrit le message tout seul, de sa main, de la première à la dernière lettre, sans que personne l’ait aidé. Ils veulent l’instrumentaliser mais cela ne servira à rien. »

Francesca de Villasmundo – medias-presse.info